Blocus maritime en vue sur l’Algérie en réaction au « FOB »

À compter du 1 er janvier, l’incoterm Free on Board (Franco à bord), imposé dès octobre 2019 aux importations de matériel de téléphonie, sera généralisé à l’ensemble des biens importés en l’Algérie. Vent debout contre cette mesure et la préférence affichée du pavillon national, les armateurs européens dénoncent la violation de l’accord euro-méditerranéen.

Transport maritime : Un fonds de 5 milliards de dollars contre le CO2

Huit des principales associations internationales d'armateurs sont prêtes à mettre sur la table 5 Md$ pour alimenter un fonds de recherche sur les technologies et carburants décarbonés. Si l'initiative se concrétisait, il s’agirait du premier programme d’expérimentation collaboratif d’une telle ampleur dans le domaine du transport maritime international. Il serait abondé par les compagnies maritimes à raison d'une contribution obligatoire à la R&D de 2 $ par tonne de carburant. Ils détaillent leurs propositions dans un document. Modalités, gouvernance, financement...

Grèves portuaires : « Nous, les représentants des intérêts du fret … »

Les organisations professionnelles représentant les métiers du transport et de la logistique dans leur très large communauté sonnent l’alerte dans plusieurs communiqués conjoints et disjoints. Armateurs, agents maritimes et consignataires, chargeurs, manutentionnaires et opérateurs de terminaux, gestionnaires de ports, logisticiens, commissionnaires de transport, représentants en douane et transporteurs routiers... sifflent la fin de partie.

Zeamarine, en difficulté

Passé sous le contrôle total de Zeaborn en avril dernier, Zeamarine a confirmé être en restructuration. Une partie du management a déserté. Le spécialiste du breakbulk est l'un des actifs précieux du groupe allemand, qui s'est rapidement développé et constitué par le biais de divers legs si bien qu'il s'est imposé dans le conventionnel, l'affrétement et la gestion de navires.

Maasvlakte-1 : Un accord de principe entre ECT et APM Terminals à Rotterdam

Selon des médias locaux, APMT et ECT (Hutchison) auraient signé une lettre intention pour la reprise du terminal APMT Maasvlakte-1. Si l'entente était approuvée par les autorités réglementaires, il reste à analyser les répercussions au vu du subtil jeu d'alliances des armateurs au sein des terminaux.

Containerships reçoit son Arctic, nouvelle unité au GNL

La filiale du groupe CMA CGM prend livraison du quatrième d'une série de six sisterships alimentés au GNL. Les courtes distances du service auquel il est dédié lui permettent d'utiliser le gaz naturel liquéfié comme carburant principal. L'introduction de ces nouvelles unités font de Rotterdam un double hub, de transbordement et d'avitaillement.

A.P. Moller - Maersk a finalisé son nouveau directoire

Contraint au remaniement après des départs en cascade, le groupe danois a recomposé sa direction générale. Vincent Clerc est nommé au poste de CEO de sa division Ocean and Logistics (activité des lignes régulières) tandis que Henriette Hallberg Thygesen arrive à la tête du département Towage et Manufacturing (services portuaires). Le groupe se dit prêt désormais à accélérer.

La taxation du carbone, sur le devant de la scène internationale

Complexe, technique, à l'efficacité non avérée, la taxation carbone a toutes les faveurs des pouvoirs publics. Nés avec le Protocole de Kyoto, les instruments de marché pour sanctionner ou inciter à se convertir à des sources d’énergies moins polluantes, selon que le régulateur fixe un prix pour le CO2 ou des quantités d'emissions, ont fait l’objet de nombreux rapports, dont certains passant au crible les effets dans le transport maritime.

Les remorqueurs de Marseille-Fos en grève reconductible pour cinq jours

Alors que ce 17 décembre, les agents portuaires et les dockers entameront leur quatrième opération coup de poing « ports morts » en fermant les grilles du port de Marseille-Fos, le personnel d’exécution CFDT et CGT des bassins Est et Ouest viennent gonfler les rangs de la contestation, en se déclarant en grève à compter du mercredi 18 septembre. Et pour une durée de cinq jours.

Le « Green deal » pourrait faire payer le carbone au transport maritime

Dix jours après son entrée en fonction, Ursula von der Leyen a présenté devant le Parlement européen les grandes lignes de son « Green deal », pierre angulaire de sa politique de ces cinq prochaines années. Érigée en priorité n°1, la neutralité carbone à l’horizon 2050 percole l'ensemble des secteurs économiques. Les deux passagers clandestins, exclus de la politique européenne climatique, que seraient l'aérien et le maritime, vont être mis à rude contribution.

Pages