©DR

 

Le Grand Port maritime de Bordeaux a contractualisé auprès de Arkéa Banque un prêt à impact dont les frais financiers dépendent des performances environnementales, sociales et de gouvernance de l’établissement public.

Le GPMB s’est lancé, pour la première fois, dans la contractualisation d’un prêt particulier dit « à impact », signifiant ainsi sa volonté d’améliorer ses performances ESG (Environnement, Social et Gouvernance). D’un montant de 5 M€, ce prêt dénommé « PACT » prévoit une bonification pouvant atteindre jusqu’à̀ 20 % d’économie sur les frais financiers si l’emprunteur atteint en effet des objectifs prédéterminés et mesurés sur les axes suivants : environnement, social, écosystème du port et gouvernance. Pour garantir la neutralité, une agence indépendante d’analyse extra-financière Ethifiane est chargée de mesurer les progrès annuels réalisés par l’emprunteur au regard des objectifs à atteindre.

Prêt accessible dès 3 M€

Pour le port de Bordeaux, engagé dans cette démarche vertueuse, cet emprunt de 5 M€ viendra compléter les investissements engagés pour moderniser le terminal à conteneurs de Bassens (d’un total estimé à 9 M€) et d’autres à venir dans le cadre de l’élaboration en cours de son futur projet stratégique. Pour Arkéa Banques Entreprises et Institutionnels, filiale du groupe Arkéa dédiée aux marchés des entreprises (PME et ETI), cette contractualisation est la première avec un établissement public en Nouvelle-Aquitaine. En France, ce sont une vingtaine d’acteurs publics et privés qui, pour un montant total de 135 M€, ont sollicité et obtenu ce type de prêts lancés par Arkéa en février 2020, accessibles dès 3 M€ et sur une durée comprise entre 5 et 20 ans.

Marianne Peyri

Sur le même sujet