©DR

À l’occasion de la séance d’ouverture, ce jeudi 25 février, du TPM 2021, la grand-messe du transport maritime et de la logistique transpacifique organisée par le média américain JOC, Rodolphe Saadé a annoncé que son groupe allait mettre en service six nouveaux porte-conteneurs au GNL de 15 000 EVP, exclusivement dédiés au marché transpacifique. Des certitudes et plusieurs inconnues.

Dans le cadre du TPM 2021, qui se tient jusqu’au 3 mars en visioconférence sur le thème « Rédéfinir le futur », il devait échanger en tête-à-tête avec Peter Tirschwell, le vice-président Maritime & Trade de IHS Markit, sur les impacts du Covid et les perspectives 2021 du transport maritime. Rodophe Saadé a annoncé, à cette occasion, du renfort avec six nouvelles unités au GNL de 15 000 EVP. Le premier porte-conteneurs de cette série, dont les unités seront toutes livrées d’ici à 2022, sera mis en service dès octobre de cette année. Ils seront tous déployés sur la ligne Pearl River Express (PRX), qui relie la Chine à la côte ouest américaine (Los Angeles).

C’est le second appel du pied adressé en peu de temps par la société française au marché américain, où CMA CGM est implantée depuis 1997 et où elle emploie actuellement 12 000 personnes. La française a indiqué récemment qu’elle allait créer plus de 400 nouveaux emplois en Virginie, où se trouve son siège, et un investissement de 36 M$ pour y développer ses activités. CMA CGM dessert aujourd’hui 19 ports américains et revendique 93 escales hebdomadaires. 

CMA CGM s'ancre un peu plus aux États-Unis

32 navires au GNL

Les six nouveaux navires portent le total de sa flotte au GNL à 32 unités (avec Containerships, sa filiale intra-européenne), dont 12 ont déjà été livrés. Quatorze seront en propriété et douze sous affrètement à temps. 

Jusqu’à ces derniers jours, avant cette nouvelle information, CMA CGM avait dans son portefeuille trois séries de navires au GNL. La première concerne les neuf mégamax de 23 112 EVP de pleine propriété, dont cinq construits par Hudong-Zhonghua et quatre par Jiangnan Shipyard, tous deux filiales du géant de la construction navale chinoise CSSC. 

Cinq de ces mastodontes, dont les noms de baptême rendent hommage à Paris, ont déjà été livrés et le seront tous dans l’année. Ils seront avitaillés à Rotterdam par le Gas Agility, souteur affrété à long terme par Total marine fuels global solutions (TMFGS) à Mitsui O.S.K. Lines (Mol). 

CMA CGM attend en outre cinq porte-conteneurs de 15 000 EVP, de pleine propriété également, construits par le chantier chinois Jiangnan (groupe CSSC).  

Enfin, le transporteur doit recevoir six unités de 14 812 EVP, affrétées celles-ci auprès du groupe Eastern Pacific Shipping (EPS), propriété de l’homme d’affaires israélien Idan Ofer, et construits par le sud-coréen Hyundai Samho Heavy Industries. Deux sont entrées en flotte, les CMA CGM Tenere et le CMA CGM Scandola et l’ensemble (les CMA CGM Iguacu, Bali, Symi et Arctic) devrait être opérationnel mi-2022. Ils auraient été affrétés à 55 000 $/j. 

Au total, la rotation Asie-Méditerranée sera donc opérée par onze ULCS. Une fois le GNL disponible, TMFGS fournira également du GNL, mais cette fois à partir de Fos-sur-Mer. 

Le transpacifique sera aussi opéré en GNL

Jusqu’à présent, l’objectif de CMA CGM était de déployer sur ses routes Asie-Europe et Asie-Méditerranée des tonnages (presque) exclusivement au GNL. Avec l’annonce de ce jour, le transpacifique sera donc également et en partie assuré en GNL  

Il fait peu de doute – mais cela n’a pas été confirmé par la société marseillaise – que les nouvelles unités proviennent aussi de la flotte d’EPS. Le propriétaire de navires (168 porte-conteneurs, vraquiers et navires-citernes), qui rivalise avec Zodiac Maritime (détenu par le frère aîné de la famille Ofer), se distingue de ses semblables par ses commandes massives dans une flotte au GNL (22 navires avec les options). Dans le plan de construction d’EPS, il y a plusieurs navires au GNL en attente d’un exploitant...

CMA CGM a déjà onze ULCS affrétés auprès du singapourien. Les cinq premiers, d'une capacité de 15 052 EVP sont à propulsion classique et équipés de scrubbers : navigant sous pavillon maltais, ils portent le nom de pays de l’Amérique du sud. 

CMA CGM : deux nouvelles unités au GNL livrées

Plusieurs inconnues

Outre la confirmation qu’EPS soit bien le propriétaire des navires que CMA CM va opérer, il reste d’autres inconnues : jusqu’à présent, CMA CGM a fait le choix du pavillon français pour ses unités en propriété. La première série affrétée navigue sous pavillon maltais. Qu’en sera-t-il de la seconde ? Où les navires seront-ils soutés ? Outre le souteur Gaz Agility, qui opère à partir de Rotterdam, Total attend un autre avitailleur (le propriétaire est également Mol), résultant du contrat d’affrètement à long terme signé avec Pavilion Energy pour fournir le port de Singapour. D’une capacité de 12 000 m3, il doit être livré très prochainement.   

CMA CGM en force sur le marché transpacifique

L’incroyable flambée des taux de fret depuis août a renfoué les caisses des compagnies de la ligne régulière. CMA CGM ne réserve donc pas ses liquidités qu’au seul remboursement de sa dette... Entre le 1er janvier et le 30 septembre, la société marseillaise a réduit ses emprunts et ses dettes de location de 19,5 à 18,5 Md€. Le groupe marseillais a remboursé sa dette obligataire. Le transporteur a émis 525 M€ d'obligations non garanties à un prix d'émission de 97,848 % afin de refinancer celles à échéance cette année. Il serait ou aurait déjà, selon la Lettre A, remboursé par anticipation le prêt de 1,05 Md€ garanti par l'État à hauteur de 70 % obtenu en mai 2020 auprès de BNP Paribas, HSBC et Société générale.

Cosco et CMA CGM, les grands gagnants de la flambée des taux de fret

Exception française

CMA CGM figure, selon Alphaliner, parmi les compagnies qui profitent le plus de la vigueur des prix du transport. Ceux qui disposent de capacités sur les lucratives routes sont naturellement ceux qui en tirent le plus grand profit. La capacité hebdomadaire moyenne de CMA CGM sur le marché transpacifique était déjà de 74 200 EVP en septembre avant même qu’elle ne procède à des renforts. Elle se situait, à ce niveau, juste derrière Cosco/OOCL avec 89 050 EVP, son partenaire dans Ocean Alliance. De par leur antériorité sur le marché, avec près de 25 % des capacités déployées, les numéros trois et quatre mondiaux, qui se disputent la troisième place mondiale à quelques EVP près, sont nettement avantagés.

Traditionnellement, pour les transporteurs européens, le tropisme opère. Ainsi, les forces sont davantage concentrées sur le trafic Asie-Europe : la part de la flotte qui y est allouée va de 25 % pour Hapag-Lloyd à 23 % chez Maersk et 24 % chez MSC. Sur le transpacifique, leur présence est moindre : le transporteur allemand y dédie 11,5 % de son offre alors que le danois et le suisse y déplient 18 % et 10,1 % respectivement.

L’exception française s'explique, selon Alphaliner, par le rachat du transporteur APL, issu de la fusion entre Nol et APL, dont le siège était à Oakland. En tout cas, CMA CGM présente un rapport des forces très équilibré entre le Pacifique et les routes Asie-Europe, à 25 % et 22 %.

Adeline Descamps

 

 

Sur le même sujet