©APMT

Selon le Bimco, organisation mondiale représentant les exploitants de navires, tous segments confondus, les ventes au détail dans l'UE ont baissé de 1,3 % en volume en juin par rapport à mai et ont été inférieurs de 2,8 % au pic atteint en novembre 2021, mais sont restés supérieurs de 5,9 % aux volumes moyens de 2019.

Les ventes au détail, indicateur avancé de la consommation, n’avaient pas connu pendant la pandémie la même trajectoire dans la zone euro qu'aux États-Unis. Elles sont toujours décorrélées. Selon le Bimco, organisation mondiale représentant les exploitants de navires, tous segments confondus, les ventes d’articles courants de consommation dans l'UE ont baissé de 1,3 % en volume en juin par rapport à mai et sont désormais inférieures de 2,8 % par rapport au pic atteint en novembre 2021. Aux États-Unis, elles restent 14,5 % plus élevées qu’en 2019.

« Cela s'est répercuté sur les conteneurs. Les exportations mondiales depuis l’Asie vers l'Europe en juin 2022 ont baissé de 5,2 % par rapport à celles de juin 2019 mais toujours supérieures de 18,8 % vers l'Amérique du Nord », souligne Niels Rasmussen, analyste en chef des transports maritimes au Bimco.

Traduisant une contraction du secteur manufacturier, le PMI (baromètre des directions d’achat) pour la zone euro est passé sous la barre des 50 en juin pour la première fois depuis la mi-2020. Les stocks de marchandises détenus par les entreprises de l'Union européenne ont en outre augmenté à un rythme record au cours du quatrième trimestre 2021 et du premier trimestre 2022.

« Dans l'ensemble, les indicateurs reflètent un nouvel affaiblissement des exportations mondiales de conteneurs vers l'Europe au cours des prochains mois. Dans l'intervalle, le principal moteur des taux de fret et d'affrètement reste la congestion, ce qui ne devrait pas beaucoup changer même si les exportations vers l'Europe chutent encore plus », assure l’analyste.

Imports et exports conteneurisés, repli à quelques exceptions près

Selon les données (provisoires) de Container Trades Statistics (CTS) pour les six premiers mois de l’année, les volumes mondiaux de conteneurs à destination, en provenance et entre les pays européens (y compris la Méditerranée) ont diminué de 5 % par rapport au premier semestre 2021 pour atteindre 27,4 MEVP tandis que les exportations sont en repli de 6,6 % (10,48 MEVP).

Les exportations vers l’Asie ont chuté de 15,7 % (633 000 EVP) pour atteindre 3,4 MEVP, tandis que échanges avec l'Australasie, beaucoup plus modestes, ont reculé de 5,5 %, pour atteindre 358 100 EVP. À l’export, seule la région de l’Afrique subsaharienne n’est pas en repli mais pour la stabilité (- 0,1 %).

En ce qui concerne les importations conteneurisées de l'Europe, deux régions, le Moyen-Orient/sous-continent indien (+ 1,6 %) et l'Afrique subsaharienne (+ 5,3 %) ont échappé à la récession. L'Asie et l'Amérique du Nord sont en repli de 4,7 % et de 6,5 % respectivement fortes réductions.

Fin des importations américaines record ?

Outre-Atlantique, où la consommation de biens durables a été sans précédent, la National retail federation (NRF) anticipe une baisse des importations au second semestre « avec la possibilité d'un déclin plus profond au début de 2023 ». 

Selon l’actualisation des données de son Global Port Tracker, le baromètre des importations dans les principaux ports à conteneurs des États-Unis, les entrées ont augmenté de 5,5 % au cours du premier semestre 2022 pour atteindre un total de 13,5 MEVP. Si les importations de juin ont encore augmenté de près de 5 % par rapport à 2021, elles ont cependant diminué de près de 6 % par rapport au record de 2,4 MEVP atteint en mai. Selon la puissante association américaine, le mois de juillet devrait être le dernier d’une hausse discontinue. Avec une croissance de 3,2 %, les volumes ont atteint les 2,26 MEVP le mois dernier.

Confiance dans la consommation américaine 

La croissance observée durant les six premiers mois de l’année a fait fi des perturbations en Chine, qui se sont soldées par plus d’un mois de confinement strict, notamment à Shanghai, premier port mondial pour les conteneurs, mais aussi dans d’autres locomotives portuaires. Le mois de juillet a également connu son lot de perturbations. Le port d'Oakland a été bloqué pendant plusieurs jours en juillet en raison des protestations des camionneurs indépendants contre une nouvelle loi de l'État qui rend plus difficile le statut de propriétaire-exploitant indépendant en Californie.

La NRF estime que « de nombreux détaillants ont importé des marchandises plus tôt que prévu et se sont tournés vers les ports de la côte Est et du Golfe pour anticiper sur les difficultés prévisibles sur la côte ouest du fait des négociations contractuelles entre dockers et employeurs à Los Angeles ». Ces mouvements d’anticipation, devenus une pratique coutumière depuis l’émergence de l’épidémie, ont contribué à stimuler les volumes du deuxième trimestre.

Pour l'ensemble de l'année 2022, les détaillants américains prévoient des importations de détail encore supérieures de 2 % à 2021, année record avec 25,8 MEVP traités. Elles devraient atteindre 26,3 MEVP. Malgré le ralentissement économique manifeste au cours du second trimestre et les pressions inflationnistes, la NRF continue de miser sur une augmentation de la consommation de l’ordre de 6 à 8 % cette année par rapport à 2021. 

A.D.