Très demandés en Asie, les navires de colis lourds, bigués avec une capacité de manutention de 400 à 600 t, sont devenus des denrées rares et excessivement chères. Une problématique à laquelle doit faire face le chantier de construction du plus grand tokamak jamais conçu. Iter subit en outre les conséquences de la guerre russo-ukrainienne, qui bloque certains de ses chargements. La Russie abonde à hauteur de 9,1 % au projet.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous