Pour accueillir plus de GNL importé, encore faut-il avoir la capacité de le traiter. En cas de perturbations prolongées de l'approvisionnement en gaz, notamment si des sanctions frappaient la Russie, les terminaux de GNL européens seraient limités pour absorber un surplus en provenance des États-Unis ou d'autres grands producteurs.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous