Nouvel arrêt de travail ce 3 juin dans les ports en soutien aux travailleurs des centrales à charbon ©NBC

 

Nouvelle mobilisation des portuaires et dockers qui annoncent un préavis de grève de 24 heures ce 3 juin prochain.

Le mouvement fait suite à la rencontre jugée infructueuse de la Fédération nationale des ports et docks (FNPD) CGT le 22 mai à Matignon avec le cabinet du premier ministre. « Le gouvernement s’obstine à vouloir fermer les centrales à charbon en 2022 sans apporter de réponses pour pérenniser les sites industriels et l’emploi des travailleurs », indique la CGT dans un tract à l’attention des travailleurs portuaires.

Outre l’arrêt de travail sur trois shifts annoncé sur le port de Marseille, les dockers et agents du port ont prévu de se rendre ce 3 juin à la centrale thermique de Gardanne pour soutenir les salariés d’Uniper dans leur combat. Deux activités intimement liées pour la CGT. « L’arrêt de la centrale engendrera des conséquences sur les investissements et les emplois », averti le syndicat majoritaire sur les quais. Des conséquences notamment pour la société de manutention Carfos.

Les ouvriers portuaires demandent au gouvernement de repousser la fermeture des centrales à charbon de 2022 à 2025. Selon eux, près d’un millier d’emplois directs et indirects sont menacé par la décision de l’État.

« Il faut une date réaliste pour présenter un projet alternatif, trouver des solutions, élaborer des processus de captation de CO2. Le charbon n’est pas le seul visé, toute la filière des vracs solides est en difficulté », explique Pascal Galeoté, secrétaire général de la CGT du port. Le 10 mai dernier, un premier mouvement de grève dans les ports avait perturbé l’exploitation, les escales de navires, par ailleurs certains accès au port de Marseille avaient été fermés.  

N.B.C