L’entreprise française, qui conçoit, fabrique et commercialise un système de propulsion éolienne pour le transport maritime, obtient un financement de 2,3 M€ du fonds européen consacré aux Affaires maritimes et à la Pêche (FEAMP). Il va permettre d’accélérer l’industrialisation et la commercialisation de ses voiles rigides qui visent les navires marchands et les yachts.

Ayro engrange les marques d’intérêt. L’entreprise française, qui a breveté un technologie hybride de propulsion éolienne pour équiper en motorisation auxiliaire les navires marchands et les yachts, avait levé 10,5 M€ en septembre auprès d’Ocean Zero, de Bpifrance et de Mer Invest. Elle vient d’obtenir de l’UE un engagement de 2,36 M€ suite à l’appel à projet EMFF BEW 2020. Ce nouvel apport doit conforter la pré-industrialisation – tests, validation, suivi de performances – de son Oceanwings, ses voiles-ailes rigides. 

Pour rappel, les quatre premières ailes seront fabriquées et livrées fin 2022 pour le Canopée, le roulier de 121 m, actuellement en cours de construction chez Neptune Marinepour transporter les composants de la fusée Ariane 6 depuis Brême, Rotterdam, Le Havre et Bordeaux jusqu’à Kourou, en Guyane, où ils seront assemblés. Le navire sera opéré par la société Alizés, une joint-venture entre les entreprises aixoise Jifmar et nantaise Zephyr & Borée, pour le compte d’ArianeGroup. 

Technologie hybride combinant éolien et diesel

Ayro devrait démarrer l’industrialisation en décembre avec l’usinage de des ces ailes-voiles de 363 m³, de 33 m de haut et 11 de large. Elle a convenu en septembre d’un accord avec la CCI de Caen Normandie pour s’installer dans la zone portuaire de Caen-Ouistreham.

Fondée en 2018 par Marc Van Peteghem et Nicolas Sdez comme spin-off du cabinet français d’architecture navale VPLP Shipping, l’entreprise, dirigée par Ludovic Gérard, ex-cadre dirigeant de CMA CGM (CMA Ships) et fondateur du bureau d’études Alwena Shipping, promet avec sa technologie hybride combinant éolien et diesel une consommation réduite, selon les conditions météo, de 30 à 45 % par rapport à une motorisation conventionnelle.  

A.D.

Photo : Ayro doit livrer fin 2022 les quatre premières ailes destinées à équiper le Canopée, le roulier de 121 m, affrété par ArianeGroup.

Sur le même sujet