Soixante et un. C'est actuellement le nombre de porte-conteneurs de CMA CGM appareillés pour se brancher à quai. Le troisième armateur mondial de porte-conteneurs s'est engagé à avoir la totalité de sa flotte (en propriété) équipée d'ici 2050. Un choix qui ne peut être que politique car le modèle économique n'est pas encore rentable, explique Laurent Martens, à la tête de Terminal Link, la filiale portuaire de CMA CGM. Christophe Seguinot, le directeur technique de La Méridionale, confirme. La compagnie marseillaise de ro-pax est une pionnière dans ce domaine.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous