Le port de Shanghai est parvenu à préserver ses tonnages en croissance au cours du premier trimestre. La vague épidémique s’est en revanche sévèrement matérialisée dans les indicateurs économiques clés du pays selon les données publiées le 30 avril par le Bureau national des statistiques. Pékin pourrait à nouveau sortir son grand plan de relance des infrastructures. Une bonne nouvelle pour le vrac sec.

Après avoir ravagé les pays de l’Occident, Omicron opère avec succès à l’Est. À Pékin se profile avec de plus en plus de certitude un scénario à la Shanghai tandis que 55 nouvelles infections ont été enregistrées le 1er mai en 24h. L’ouverture de l'hôpital temporaire de Xiaotangshan et le bouclage de quartiers en sont des signes avant-coureurs.

À Qinhuangdao, dans la province du Hebei, port d’importation de matières premières, la ville a condamné son district de Haigang, qui loge le terminal à charbon. La ville voisine de Tangshan, grand centre sidérurgique de Chine, a déjà subi le même sort pendant une grande partie du mois du mois d’avril.

Hangzhou, plaque tournante du commerce électronique près de Shanghai, a commencé à effectuer des tests de masse en début de semaine, tandis que Guangzhou, dans le sud du pays, a annulé des centaines de vols et commencé une campagne massive de test suite à un cas suspect de Covid-19.

Selon les dernières estimations de la banque japonaise Nomura, environ 345 millions de personnes vivent sous le coup de mesures de confinement total ou partiel dans 46 villes chinoises. 

12,26 MEVP au premier trimestre

Shanghai, en confinement depuis un mois, a dû se résoudre à annoncer en fin de semaine dernière sa première augmentation des cas de Covid-19 en six jours. Le Shanghai International Port Group (SIPG) tente de faire diversion en offrant une réduction de 50 % sur les frais de stockage des conteneurs afin de calmer les esprits rudoyés par cinq semaines de ralentissement. Selon S&P Global Market Intelligence, le niveau de congestion total dans les terminaux de Shanghai a augmenté d'environ 30 à 40 % au 25 avril depuis début mars 2022.

Le trafic du premier port mondial a toutefois échappé à la sanction au cours du premier trimestre, enregistrant une hausse de 8,14 % de son trafic avec 12,26 MEVP, selon la Commission municipale des transports de Shanghai. En avril, il devrait en être autrement au cours du second trimestre, ont prévenu les autorités locales, le volume quotidien moyen de conteneurs traités devraient être de l’ordre de 100 000 EVP, soit une productivité réduite à 75 %. Selon le gestionnaire, Shanghai International Port Group, la capacité du port a été davantage affectée par la congestion à terre et le manque de transporteurs routiers, qui ont été eux-mêmes très contraints dans l’accès aux terminaux du fait des mesures sanitaires.  

Après avoir strictement réglementé les déplacements et la mobilité de plusieurs dizaines de millions de personnes, en grande partie confinées, notamment dans le nord-est du pays et à Shanghai, les autorités ont été contraintes de desserrer un peu l’étau, alors que les marchandises se sont accumulées dans le point d'entrée et de sortie capital des marchandises en Chine, notamment en rouvrant les autoroutes et les stations-services pour fluidifier les trafics. Selon les données du port, les volumes entrant et sortant du port sont passés de moins de 10 000 EVP au plus fort de l'épidémie à plus de 20 000 EVP par jour actuellement.

Les ports et l'activité manufacturière sanctionnés par les confinements en Chine

Dégradation de tous les indicateurs

La vague épidémique s’est sévèrement matérialisée dans les indicateurs économiques clés du pays alors que Pékin prévoit toujours une croissance de son PIB de 5,5 % en 2022. Selon des données du Bureau national des statistiques livrées durant le week-end, l’indice PMI des directeurs d’achat, baromètre clé de l’activité manufacturière, a reculé à 47,4, contre 49,5 en mars. Un nombre inférieur à 50 traduit une contraction. 

L'activité manufacturière de la Chine a ainsi atteint son plus bas niveau depuis février 2020. « La production et le fonctionnement des entreprises ont été fortement affecté, reconnait Zhao Qinghe, statisticien principal au sein du BNS dans le communiqué, ne niant pas les réelles difficultés de transport et de logistique. L'indice PMI concernant les services a également chuté à son point le plus bas depuis deux ans.

Le trafic dans les ports chinois a ralenti au premier trimestre 2022

Contraction sévère de l’activité manufacturière

L'indicateur publié par Caixin, qui sonde principalement les PME, témoigne aussi d'un deuxième mois consécutif de détérioration, le chiffre passant de 48,1 le mois dernier à 46. Il est considéré comme un reflet plus juste de la situation économique que les données officielles du gouvernement, qui s’attardent plutôt sur l’état de santé économique des grands groupes d'État. Caixin, qui estime que la situation a fait « des ravages au niveau de la logistique » a relevé des inquiétudes de la part des entreprises quant à la durée des restrictions prises pour lutter contre le Covid. 

Cette contraction a des conséquences déjà manifestes sur le commerce des matières premières. Les importations de minerai de fer sont en baisse depuis le début de l’année après un fort rebond de l'industrie. 

La consommation d'acier de la Chine a chuté de 5 % en glissement annuel entre janvier et mars, la demande davantage plombée par le secteur de la construction (- 7 % par rapport à l'année précédente) que par l’industrie (- 2 %), a indiqué Qu Xiuli, le vice-président de la China Iron and Steel Association, qui reste toutefois confiant en raison de la « mise en œuvre de mesures visant à stabiliser la croissance. »

« La consommation d'acier précédemment refoulée ne va pas disparaître. Elle sera seulement retardée », a précisé Shi Hongwei, le secrétaire général adjoint de l'association.

Selon le courtier BRS, les confinements ont aussi réduit la demande intérieure de pétrole de 7 %, soit près d'un million de barils par jour au cours des dernières semaines.

Chute inattendue des importations de la Chine

345 millions de personnes confinées dans 46 villes

Les volumes de marchandises en avril auraient baissé de 15 % sur une base annuelle, selon la Chambre de l'UE en Chine. Apple a d’ores et déjà prévenu, intégrant les restrictions liées au Covid en Chine parmi les éléments impactant son chiffre d'affaires de 4 à 8 Md$ lors du troisième trimestre de son exercice décalé (d'avril à juin). 

L’exécutif chinois discute âprement depuis quelques jours et ne fait plus mystère de la possibilité de réarmer sa politique de contre-feux de prédilection : le massif plan de relance publique à coup d’investissements  dans les infrastructures (qui par le passé ont notamment profité au transport maritime de vrac sec). « L'épidémie doit être évitée, l'économie doit être stabilisée et le développement doit être affirmé », a indiqué le communiqué à l’issue d’une réunion du Politburo qui s'est tenue la semaine dernière. 

Adeline Descamps