Avec TTIA, le transporteur français change d’échelle sans pour autant être en terre inconnue puisqu’il en est le premier client. ©JulioTTIA

 

HMM avait annoncé fin juin sa volonté de vendre sa participation de 50 % moins une action dans le terminal Total Terminal International Algeciras (TTIA) à Algésiras. La compagnie sud-coréenne vient de solder cette volonté auprès de CMA CGM tout en conservant sa position de principal actionnaire. Cette opération donne une nouvelle dimension à la présence de la compagnie française dans la péninsule.

La présence de CMA CGM dans la manutention de conteneurs en Espagne se limitait jusqu’à présent à la gestion conjointe avec Boluda du terminal à conteneurs du port de Séville dans le cadre de la société Terminal Marítima del Guadalquivir (TMG), un héritage de l’absorption de la compagnie OPDR. Cette installation traite principalement les flux avec l’archipel des Canaries où l’opérateur portuaire espagnol est très solidement implanté.

Avec TTIA, le transporteur français change d’échelle sans pour autant être en terre inconnue puisqu’il en est le premier client avec une part de trafic estimée à au moins 50 %, selon Alphaliner. Le FAL1 du transporteur (NEU4 d’Ocean Alliance) est également le plus grand service à utiliser le terminal avec sa flotte de 15 000 à 21 000 EVP. Inauguré officiellement il y a tout juste dix ans (15 juillet 2010), ce terminal semi-automatisé a traité 1,4 MEVP en 2019 (sur un total de 5,1 MEVP à Algésiras).

Et il sera à peine impacté par la crise sanitaire générée par le Covid-19 en 2020, a garanti Alfonso Luque, administrateur délégué de la société, dans un entretien accordé au bimensuel espagnol spécialisé Transporte XXI et publié le 15 juillet dernier. Cette performance s’explique notamment par la dynamique du trafic de conteneurs reefers qui enregistre une progression à deux chiffres (+ 14 % sur les premiers mois de 2020), grâce aux fruits en provenance d’Amérique latine. Plus de 30 % des ananas importés en Espagne transitent via le terminal.

HMM vend 50 % de sa participation dans un terminal d'Algésiras

Soulagement

Sur place, l’annonce du rachat a été accueillie avec soulagement. Cette opération va permettre d’assurer une stabilité à l’actionnariat de TTIA. Contrôlée à 100 % par Hanjin Shipping jusqu’en 2014, la société avait été cédée en 2017* au groupe HMM qui a fini rechercher un partenaire. Ce n’est pas un hasard si l’Autorité portuaire de la baie d’Algésiras (APBA) a jugé que l’arrivée de CMA CGM était « très positive ». L’entrée de l’armateur français de porte-conteneurs aura également pour effet de figer les positions dans la manutention portuaire des trois grands ports espagnols de conteneurs en Méditerranée. Le groupe Maersk est présent à Algésiras (avec le terminal 2000), Barcelone et Valence ; Cosco et MSC à Valence ; Hutchison à Barcelone.

 

Source : Répartition des concessions de manutention dans les deux ports jumeaux du détroit de Gibraltar, l’espagnol Algésiras et le marocain Tanger.  ©Alphaliner 

Gibraltar porté par les ports-jumeaux

Rapports de force 

L’arrivée du n° 4 mondial du transport maritime de conteneurs, membre de Ocean Alliance alors que HMM est partie prenante de THE Alliance, devrait également permettre d’enclencher une nouvelle étape du développement du terminal.

Le principal dossier sur la table est celui de l’extension sur la superficie adjacente au sud (phase B). HMM freiné quelque peu dans l’attente de l’entrée d’un nouvel opérateur mais aussi de la finalisation de la réforme de la manutention des conteneurs en Espagne. Dans l’entretien au média espagnol, Alfonso Luque évoquait une compétitivité insuffisante malgré l’automatisation.

Le 5e accord-cadre de la manutention, retoqué par l’autorité de la concurrence, a fait l’objet d’une reformulation qui n’a pas encore été validée. Puis il faudra conclure l’accord local au niveau du port d’Algésiras. De nouveaux remous sur le front social ne sont pas à exclure malgré un rapport de forces qui semble moins favorable aux syndicats.

Reste qu’une fois finalisée, CMA CGM devrait faire une belle opération car les actionnaires successifs de TTIA ont plutôt bien travaillé ces dix dernières années. Outre la semi-automatisation et une solide position dans le reefer (120 prises additionnelles prévues en 2020, soit 1 144 en fin d’année), TTIA a développé le trafic import-export (9 % du total actuellement), appelé à prospérer si les autorités espagnoles se décidaient à accélérer la modernisation de la ligne ferroviaire entre le port et le nœud ferroviaire de Boadilla en Andalousie, un projet qui accumule des retards incompréhensibles.

À noter, enfin, que TTIA s’est lancé en 2015 dans le colis lourd, avec, en particulier, une très belle opération de transbordement d’une flèche de grue de 44 m de long, réalisée en janvier 2020 pour le compte de…CMA CGM.

Aujourd’hui, le groupe français opère 48 terminaux portuaires dans 27 pays grâce à ses deux filiales CMA Terminals et Terminal Link, une coentreprise avec China Merchants Holdings International).

Daniel Solano

*Elle était alors détenue par Hanjin pour 25 % et par un consortium composé d'IBK Investment & Securities et Korea Investment Partners (75 %).

[Actualisation au 3 mars 2021 ]

Cinq mois après avoir reçu l'approbation de l'Autorité portuaire d'Algeciras (APBA), CMA CGM et les gestionnaires du fonds d'investissement DIF Capital Partners (DIF) ont finalisé l'acquisition d'une participation de 50 % (moins une action) et confirmé la répartition des parts entre CMA CGM (via sa filiale à 100 % CMA Terminal Espagne) et DIF à 51 % et 49 %, respectivement.

Le capital de la société qui gère le terminal se répartit désormais entre HMM à 50 % (plus une action), CMA CGM à 25,5 % et DIF à 24,5 %.