La Chine, plus gros acheteur mondial de soja, revoit ses besoins et réorganise ses flux, préconisant le recours à des alternatives agricoles ou à des céréales locales. Les chaînes d’approvisionnement sont bousculées.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous