Gan Chee Yen, qui part en retraite, SS Teo, fondateur de l’entreprise et toujours actionnaire et Lars Kastrup, désormais CEO. 

Après avoir partagé la direction générale de la compagnie singapourienne pendant plus d'un an, l’ex-dirigeant de CMA CGM est désormais seul maître à bord du douzième transporteur mondial de conteneurs. 

Il était arrivé à la tête de PIL le 7 avril 2021 à la suite de la recapitalisation de la compagnie singapourienne. En difficulté pendant deux ans, l’entreprise a achevé sa restructuration le 30 mars 2021 grâce à un plan de sauvegarde de 600 M$ – sous forme de dettes et de capitaux propres – abondés par Heliconia Capital Management, une entité du fonds souverain de la Cité-État Temasek Holdings. Les actionnaires historiques de la compagnie singapourienne, y compris la famille Teo, ont ainsi vu leur participation réduite à moins de 15 %. Au plus fort de la crise, l’entreprise avait dû se résigner à céder des navires pour l’équivalent de 100 000 EVP.

Lars Kastrup n’était pas seul à la tête de l’entreprise jusqu’à présent. Il partageait la direction générale avec Gan Chee Yen (ex-NOL) depuis plus d’un an. Les deux hommes exerçaient un rôle de conseillers depuis juillet 2020 dans le cadre du redressement de la société en difficulté.

Opération transformation

L’ex-dirigeant de CMA CGM, qui a quitté APL (groupe CMA CGM) en juillet 2019, a cette fois la main pour opérer seul, Gan Chee Yen faisant valoir ses droits à la retraite. « Lars Kastrup sera responsable de la croissance et du développement de PIL, et doit conduire l’entreprise dans sa transformation vers une compagnie neutre en carbone », a indiqué le conseil d'administration. « Il sera en mesure de prémunir l’entreprise contre les éventuelles fluctuations des cycles industriels à venir », a souligné S.S.Téo.

Pour rappel, le PDG de PIL a notamment dirigé APL à Singapour et aux États-Unis. Avant de rejoindre CMA CGM et APL, Lars Kastrup a occupé plusieurs postes de direction au sein du groupe AP Moller-Maersk, pour lequel il a piloté les activités en France et en Afrique du Nord.

Il va piloter le 12e armateur mondial de porte-conteneurs (1,1 % de part de marché mondial selon le classement d’Alphaliner avec une capacité de 288 700 EVP), qui reste le plus grand transporteur d’Asie du Sud-Est avec une flotte de 90 porte-conteneurs dont 69 en propriété.

Ayant retrouvé de l’allant à la faveur des conditions exceptionnelles de son secteur, la compagnie a retrouvé le chemin des chantiers navals, la première fois depuis 2015, avec la commande de quatre porte-conteneurs de 14 000 EVP au GNL et celle, passée tout récemment, de quatre unités de 8 000 EVP dual fuel avec le GNL auprès de Yangzijiang Shipbuilding. Ils entreront en service qu'en 2025.

Elle a pu également rembourser 1 Md$ aux créanciers avant la date prévue, fin 2021.

 

A.D.