©Eric Houri

Pour la dixième semaine consécutive, les taux au comptant pour le fret par conteneur ont grimpé, établissant un nouveau record. Le SFCI franchit la barre des 4 000 points. Une première historique. Il a rarement dépassé les 1 000 points au cours de la dernière décennie.

L’un des baromètres du secteur conteneurisé, le SCFI (Shanghai Containerized Freight Index), qui mesure les prix au comptant pour le fret transporté de Shanghai vers un grand nombre de destinations dans le monde, indique une nouvelle augmentation hebdomadaire. Pour la dixième semaine consécutive.

La semaine dernière, celle du 12 au 17 juillet, l'indice a augmenté de 3,1 % pour dépasser le cap des 4 000 points, à 4054,42. C’est une autre première historique. Le SFCI a rarement dépassé les 1 000 points pendant la majeure partie de la dernière décennie.

Jusqu’à présent, le SCFI aura augmenté de 291,5 %, dépassant la barre des 3 000 points à partir de mai. Cette véritable poussée résulte des perturbations actuelles dans la ligne régulière : congestion portuaire, pénurie de navires, déficit de conteneurs, boom de la consommation outre-Atlantique, relance économique…

Conteneur : le décret de Joe Biden stigmatise les abus des monopoles

Source : Drewry

+87 $ en une semaine

De même, L'indice composite World Container de Drewry a enregistré une nouvelle semaine de croissance (+ 87 $), s’élevant désormais à 8 882,56 $ par conteneur de 40 pieds (FEU) soit 3 799 $ au-dessus de la moyenne quinquennale et enregistrant une croissance de 339 % sur une base annuelle.

Les taux spot sur Shanghai vers Rotterdam (+ 159 $ en une semaine) ont atteint 12 954 $ pour un conteneur de 40 pieds. De même, les taux spot sur Shanghai vers New York et Shanghai vers Los Angeles ont augmenté de 117 $ et 102 $ pour s'établir respectivement à 11 825 $ et 9 733 $ par FEU. Cependant, les taux de Rotterdam à Shanghai et de New York à Rotterdam restent stables à leur niveau des semaines précédentes.

Drewry s'attend à ce que les taux augmentent encore dans les semaines à venir, mais à un rythme lent.

Conteneurs : l'improbable traversée des six premiers mois de l'année 

Pas de signes d’amélioration

Une analyse récente de l'Association internationale du transport aérien (IATA) tend à montrer que le fret aérien est actuellement six fois plus cher que son versant maritime, alors que l'écart est d’ordinaire 12 fois supérieur.

Quant aux éléments déclencheurs de la désorganisation généralisée, aucun signe d’amélioration n’est notable avant le début de 2022, correspondant au nouvel an chinois. Ce que les analyses avaient déjà prédit pour la même période de 2021 ! Les taux de fret n’ont, eux, rien de lunaire en revanche. 

Adeline Descamps