©DR

En réaction au ralentissement des exportations en provenance d'Asie, dus aux confinements depuis six semaines dans le premier port mondial de Shanghai, les compagnies ont ré-initialisé les suppressions de traversées.

Entre la 17e semaine (25 avril – 1er mai) et jusqu’à celle se terminant le 7 juin, THE Alliance (Hapag-Lloyd, ONE, HMM, Yang Ming) aura annulé 33 % des services au départ de l'Asie tandis qu’Ocean Alliance (CMA CGM, Cosco, Evergreen) ne devrait pas honorer 37 % de son programme et 2M (MSC et Maersk) devrait sabrer 39 % de ses navigations. 

D’après Xeneta, dont l’indice est établi à partir des dernières données sur les taux de fret maritime fournies par les principaux chargeurs, la route Asie-côte ouest-américaine présente le nombre de voyages annulés le plus élevé au cours des cinq dernières semaines, tant en volume absolu qu'en pourcentage de la capacité offerte. Ainsi, entre le 4 avril et le 8 mai, 63 traversées ont été supprimées sur cette route, ce qui représente un total de 517 300 EVP, soit 25 % de la capacité initiale offerte. Ce trafic est également le seul, relève non sans arrière-pensée la société de données, pour lequel les taux spot n'ont pas baissé au cours des cinq semaines mais ont légèrement augmenté (+ 30 $/EVP), pour atteindre 9 250 $/EVP le 8 mai.

Une baisse de 770 $/EVP entre Asie et Europe du Nord

Entre l’Asie et la côte est-américaine, les taux spot sont en revanche à la baisse : entre début avril et le 8 mai, ils ont baissé de 380 $ par EVP pour s’établir à 11 600 $/EVP. Mais le nombre de suppressions a été limité à 263 500 EVP, soit l'équivalent de 10 % de la capacité. Les ports de la côte Est sont actuellement plébiscités par les compagnies qui y voient une solution à l’engorgement des ports californiens, d’ordinaire, portes d’entrée des importations conteneurisées américaines. 

Quant à la ligne à gros volume Asie-Europe du Nord, le repli des taux de fret est sensible, de 770 $/EVP, en réaction à la chute de la demande. 223 000 EVP ont été retirés du marché sur les 1,5 MEVP initialement annoncés. « Malgré la baisse des volumes, la capacité a été plus élevée sur ce trafic cette année qu'en 2021, ce qui a exercé une pression à la baisse sur les taux de fret spot, qui sont en retrait depuis les premières semaines de 2022 », indique Xeneta.

Phénomènes d’anticipation

Les fermetures prolongées d'usines suite à l’apparition du variant Omicron en Chine ont alimenté les craintes d'une aggravation de la congestion portuaire et des retards dans la chaîne d'approvisionnement si bien que les compagnies ont détourné les navires de certains ports chinois dont le fonctionnement est ralenti. Les mises à jour publiées par les transporteurs maritimes sur les retards probables de navires et les dysfonctionnements de livraison se sont multipliées.

Shanghai, parmi d'autres régions de Chine, est sous le coup d'un confinement avec des protocoles de test et de contrôle stricts, ce qui a perturbé les accès au transport routier et mis à rude épreuve les opérations portuaires. Bien que les protocoles de verrouillage aient été en grande partie levés à Hong Kong et à Shenzhen, le transport intérieur reste très problématique.

L’enlèvement et l’acheminement des conteneurs demeurent critiques, ce qui n’est pas sans poser problème pour les équilibres futures entre l'offre et la demande, une fois les restricitons levées. Même si le ralentissement asiatique donne de l’air aux ports américains et européens pour éponger les arriérés.

A l’acmé de la crise, le 12 avril, selon le logiciel de suivi des flux de marchandises CFlow, 315 navires attendaient dans la file d'attente de la région de Shanghai/Ningbo et 141 dans celle de Hong Kong.

Taux de fret selon Drewry

Pour le britannique Drewry, qui dispose de son propre indice, les taux de fret se sont ajustés à la situation. L’indice composite mondial des conteneurs a baissé de 0,5 %, à 7 727,84 $ par conteneur de 40 pieds la semaine dernière mais il reste 41,2 % plus élevé qu'il y a un an. Le WCI, qui prend en considération les taux de fret entre Shanghai et Rotterdam, s’élève à 8 830 $ par conteneur de 40 pieds, soit 5 524 $ de plus que la moyenne sur cinq ans de 3 306 $ par conteneur de 40 pieds.

Le tarif pour transporter une boîte de 40 pieds du premier port chinois vers Rotterdam a ainsi baissé de 2 % soit 212 $, à 9 987 $ par FEU (40 pieds). En revanche, dans le sens inverse, ils ont augmenté de 2 %, soit 34 $, pour atteindre 1 451 $ par boîte de 40 pieds. De même, les taux entre Rotterdam et la côte est-américain ont augmenté de 4 % pour atteindre 7 212 $ par conteneur de 40 pieds. Drewry s'attend à ce que les taux spot restent stables dans les semaines à venir.

A.D.