Après près de deux ans d’un super-cycle pour le transport maritime de colis lourd et charges spéciales, la conjoncture économique mondiale vacille mais les taux d’affrètement de ces navires si peu conventionnels restent à leur plus haut historique bien qu’ils aient enregistré en août leur premier repli. Les investissements ont repris dans le secteur gazier et pétrolier mais c’est surtout l’éolien qui porte tous les espoirs.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous