Louis Dreyfus Armateurs est convaincu depuis plus d’une décennie du potentiel des énergies renouvelables offshore. Il s’est organisé pour répondre à ce marché. Alors que son second SOV sera bientôt livré, l’armateur français fait cette fois recette avec ses navires dédiés au transfert d’équipage de maintenance. Au côté du britannique Tidal Transit, il a été retenu par GEl pour fournir deux navires de ce type. Ils seront construits par le chantier naval français OCEA.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous