CMA CGM Jacques Saadé au Havre ©Romain FLOHIC

Selon Alphaliner, l’armateur français de porte-conteneurs serait en pourparlers avec le groupe chinois de construction navale CSSC pour la construction de neuf autres porte-conteneurs de 23 112 EVP, propulsés au GNL. Le numéro trois mondial du secteur a fini de réceptionner la première série l’an dernier. 

Si les compagnies maritimes ont ces derniers temps largement débordé de leur précarré pour acquérir des avions et des entreprises de logistique dans le cadre d’une ambition sans coutures entre air, mer et terre – en revance les terminaux ne semblent plus les intéresser à l’exception d’Hapag-Lloyd –, les armateurs gardent un engouement certain pour leur vocation intiale : armer des navires. 

Le numéro trois mondial vient à peine d’assimiler les neuf titans des mers que sont ses neuf porte-conteneurs de 23 112 EVP au GNL livrés l’an dernier à pas cadencés qu’il en redemanderait, croit savoir Alphaliner. Selon l’expert de la ligne régulière, une lettre d’intention aurait été signée avec le groupe chinois de construction navale CSSC, déjà à l’origine de la première série. Aucune date de livraison en revanche ni davantage de détails techniques (des sisterships ?).

« Par rapport à la série initiale, commandée en 2017 pour 170 M$ par navire, les unités supplémentaires seraient probablement très chères avec une majoration estimée à 50 à 60 M$ par unité », estime Alphaliner en référence aux coûts de construction qui ont renchéri sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs, parmi lesquels la flambée des matières premières, la loi de l’offre et de la demande et les événements géopolitiques.

Dix de 7 300 EVP au GNL ?

CMA CGM est par ailleurs identifié comme le commanditaire de quatre nouvelles unités de 7 300 EVP à propulsion GNL contractées auprès du sud-coréen Samsung Heavy Industries. Si cela était confirmé, cela porterait à dix le nombre de contrats de construction après une première série de six unités passées en septembre pour un prix de 119,6 M$ par navire. Selon les informations communiquées par Samsung à la Bourse de Séoul, les quatre navires ont été commandés pour 123,35 M$ par navire, ce qui représente une prime de 3 % par rapport au prix de l'année dernière. La livraison est prévue pour la fin de l'année 2024.

L’armateur français doit recevoir cinq autres navires de cette taille, mais à motorisation classique, entre septembre 2023 et juillet 2024. Ils ont été confiés au chantier chinois New Century Shipyard et sont affrétés auprès de Eastern Pacific Shipping.

A.D.