La filiale du groupe émirati DP World semble avoir exploité quelques failles de la législation britannique sur le travail pour licencier sans préavis 800 marins britanniques. Le gouvernement veut y remédier en imposant aux exploitants navires basés au Royaume-Uni et opérant sur des lignes régulières de rémunérer a minima au salaire minimum britannique. Durant le week-end, la Maritime Coastguard Agency a jugé inaptes à la navigation plusieurs navires de P&O Ferries opérant avec du personnel de remplacement.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous