Paradoxalement, alors que l’industrie automobile est à la peine, contrainte de suspendre la production en raison de la crise mondiale des semi-conducteurs, les exploitants de porte-véhicules sont portés par des taux de fret et niveaux d’affrètement historiques alors que les navires manquent après des années de sous-investissement.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous