La coentreprise entre MOL, NYK et K-Line, à la comptabilité japonaise décalée, solde le deuxième trimestre de son exercice fiscal sur des bénéfices de 4,2 Md$, ce qui lui laisse espérer un Ebitda de 11,7 Md$ en 2021. La compagnie, créée il y a trois ans sur la fusion des activités conteneurs des trois principales compagnies japonaises, avait pourtant connu de sérieuses difficultés à l’amorçage.
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous