La compagnie taiwanaise Yang Ming Marine Transport Corporation a présenté ses résultats financiers du 3e trimestre le 12 novembre ©DR

Lors de la présentation de ses résultats financiers du 3e trimestre, la compagnie taiwanaise, qui bénéficie de l’essor des économies asiatiques du sud-est, n’échappe pas pour autant aux calamités pesant sur son secteur. Mais elle reste confiante dans le trade transpacifique. Explications.

La compagnie taiwanaise Yang Ming Marine Transport Corporation (100 navires dont 45 en propriété pour un total de 609 749 EVP soit 2,4 % de la capacité conteneurisée tous transporteurs confondus, source CNUCED) a annoncé lors de la présentation de son rapport financier du troisième trimestre de 2018 le 12 novembre qu’elle allait introduire dans sa flotte quatre navires de 14 000 EVP, tout en sortant sept navires en raison d’un prix plus élevé en 2019. Pour rappel, le transporteur est quasiment le seul parmi ceux engagés dans une alliance à ne pas pouvoir franchir le canal de Panama, contraint par la taille de ses navires (excepté une unité affrétée). Mais il a récemment passé commande de 14 navires de 14 000 EVP.

Yang Ming, qui anticipe une amélioration pour le dernier trimestre de l’année, a enregistré une perte nette d’exploitation de quelque 29 M$ au 3e trimestre, creusant son déficit net, à 210 M$ sur neuf mois. Le résultat de l’érosion des taux de fret et le renchérissement des couts de soutes (+ 134 M$ au cours des trois premiers trimestres), explique la société,

Toutefois, son chiffre d'affaires a progressé de 8,1 %, à 1,29 Md$ (USD) au 3e trimestre, soit une croissance de 15,23 % (3,45 Md$ depuis le début de l’année) tandis que ses volumes ont augmenté de 9,19 % à 1,41 MEVP par rapport au 2e trimestre, totalisant depuis le début de l’année 3,92 MEVP.

Gérer efficacement défis et risques

Yang ming ne craint pas les frictions commerciales en cours, estimant même que l'escalade devrait accélérer les exportations chinoises vers les États-Unis et, par conséquent, améliorer les taux de fret sur le trade transpacifique. Dans le secteur Asie-Europe, Yang Ming s'attend également à une amélioration des taux et des volumes, la route ayant été impactée par la semaine d'or chinoise d'octobre. Pour ces raisons, la compagnie anticipe un 4e trimestre de bonne tenue, rejoignant ainsi le spécialiste data Alphaliner qui prévoit une augmentation de 4,3 % du volume mondial pour la fin de l’année. Les taux transpacifiques ont en effet été élevés au cours du troisième trimestre selon le dernier rapport de Drewry mais seraient davantage liés à une meilleure gestion des capacités plutôt qu'à une demande plus forte.

Comme la plupart des compagnies, l’entreprise a procédé à des ajustements de ses services en optimisant notamment son réseau sur l’intra-asiatique, trade tiré vers le haut par les économies à croissance rapide de l'Asie du Sud-Est. Parallèlement, la filiale de Yang Ming, YES Logistics Corp. a créé des coentreprises au Vietnam et en Indonésie et le groupe a multiplié les partenariats de façon à « approfondir et à s'étendre dans le marché de l'Asie du Sud-Est ».

Face aux nombreuses incertitudes auxquelles le transport maritime mondial est confronté, le direction de la société a conclu en indiquant qu'elle « s'efforc(ait) de gérer efficacement les défis et les risques ».

--- A.D ---