Le porte-conteneur, livré par Jiangsu Yangzijiang, a quitté Shanghai et rejoindra en juin le service Nefgui qui relie la Guyane française et le Brésil à l'Europe du Nord. ©CMA CGM

 

Après le Douce France et le CMA CGM Kourou, le dernier des trois porte-conteneurs spécifiquement conçus pour le commerce entre l'Europe, les Caraïbes, la Guyane et la côte nord de l'Amérique du Sud, a été livré.

Jiangsu Yangzijiang Shipbuilding a livré le CMA CGM Sinnamary, le dernier des trois porte-conteneurs de 2 296 EVP, commandés conjointement en décembre 2017 par Marfret et CMA CGM pour être déployés sur leur service commun Nefgui (North Europe French Guiana North Brazil). Cette boucle opère en six semaines et dessert Algésiras (TTI), Londres-Gateway, Rotterdam, Le Havre, St Martin (Philipsburg), Port of Spain, Dégrad des Cannes, les trois ports brésiliens de Vila do Conde, Fortaleza, Natal, et retour à Algesiras.
Les deux autre guyanamax de la série – le Douce France de Marfret et le CMA CGM Kourou – ont été livrés en janvier dernier par le même chantier. Le premier a touché pour la première fois la Guyane en mars. Les trois sisterships, longs de 190 m et larges de 30,40 m (11 rangées), avec un port en lourd de 26 700 tpl pour un tirant d'eau assez faible de 9,50 m, ont été spécifiquement conçus pour opérer sur la route au départ de l'Europe vers les Caraïbes, les Guyane et l'Amérique du Sud, où les ports sont contraints par de faibles tirants d’eau. Ils peuvent de ce fait remonter sans encombre le chenal à la profondeur limitée et atteindre le Grand port maritime de Guyane Dégrad des Cannes. Comme de nombreux porte-conteneurs récents de taille comparable, ils ont été conçus avec une étrave verticale et sans bulbe.

En service en juin

Pour son premier voyage, le CMA CGM Sinnamary chargera les conteneurs à Shanghai et desservira Ningbo, Tanjung Pelepas et Singapour. Il devrait rejoindre le service Nefgui en juin. Chaque navire du trio est équipé de trois grues à axe central de 60 t qui peuvent être couplées pour soulever jusqu'à 100 t et qui ont été également pensées dans la perspective des développements du Centre spatial guyanais. Chacun est doté de 600 prises reefers, illustrant par ailleurs l’évolution du transport sous froid sur ces routes qui permettent d’alimenter l’Europe en fruits tropicaux. Leurs prédécesseurs sur la ligne Guyane-Amazonie – les Marfret Guyane et Marfret Marajo – ont une capacité de  1 700 EVP avec un peu plus de 400 prises dans leur dernière version. Ces deux derniers seront affectés à la liaison Colombie-États-Unis tandis que trois autres guyanamax – les CMA CGM Marseille, Cayenne et Saint-Laurent – opèrent depuis 2015 entre l’Europe et la Guyane.

Adeline Descamps