©CMA CGM

 

CMA CGM, Cosco/OOCL et Evergreen, liées par des accords de partage depuis 2017 au sein d’Ocean Alliance, aligneront, dans le cadre de leur nouvelle offre effective à compter d’avril, 333 porte-conteneurs pour une capacité de 4,1 MEVP. Sur ce total, 113 seront exploités par l’armateur français.

Après deux années sans modifications majeures, l’une des trois grandes alliances de la ligne maritime régulière, formée par les 3e, 4e et 7e mondiaux – le Chinois Cosco shipping/OOCL, la Française CMA CGM et la Taïwanaise Evergreen –, a augmenté son offre, passée en capacités de 3,8 MEVP à 4,1 MEVP répartis sur 333 porte-conteneurs. À compter du 1er avril, les compagnies, engagées ensemble jusqu’en 2027, aligneront huit porte-conteneurs supplémentaires pour un nombre de services sensiblement le même (39 au lieu de 38 en 2019) sur toutes les lignes Est-Ouest.  

Dans le cadre de cet accord renouvelé sous la marque « Ocean Alliance Day4 Product », l’armateur français contribuera à hauteur de 113 navires, guère plus que l’an dernier mais avec une capacité moyenne largement augmentée. En dépit des douze navires de 23 900 EVP de HMM, membre d’une alliance concurrente, il s’avère que les deux transporteurs ayant les plus gros navires en attente de livraisons appartiennent à Ocean alliance : CMA CGM devrait avoir réceptionné cette année ses neuf unités de 23 112 EVP au GNL, dont quatre ont déjà été livrées. Evergreen attend, pour sa part, dix géants de 23 800 EVP, qui doivent être livrées entre novembre 2021 et mai 2022.

Ocean Alliance : Une offre de services prudente

Déploiement de capacités

Les capacités de la française seront déployées sur les lignes Asie-Europe (FAL1, alias NEU4 de Ocean Alliance), où ils remplaceront neuf porte-conteneurs de 15 000 à 17 800 EVP et seront complétés par trois de 20 000 EVP. La capacité totale du service devrait ainsi passer de 17 600 à 22 500 EVP dès que tous les nouveaux navires auront été livrés courant de l’année. CMA CGM devrait en outre mettre sa ligne FAL3 / NEU5 à l'échelle des 17 500 EVP en y plaçant quatre unités de 16 000 à 17 850 EVP, libérées par l’arrivée de ses géants au GNL. 

Les mégamax de la taïwanaise seront exploités, eux, entre l’Europe et la côte ouest-américaine. In fine, le nombre de navires de 24 000 EVP de la flotte d’Ocean Alliance passera de 42 actuellement à 66 d'ici août 2023... 

Ocean Alliance : une solution pour 57 nouveaux navires à remplir ?

Sept trades, 39 services 

Dans l’offre renouvelée des quatre compagnies, le transpacifique sera largement servie (20 services) tandis que sept lignes seront assurées sur le marché Asie-Europe, quatre vers la méditerranée, deux reliant le nord de l’Europe à la Côte Est des États-Unis et au golfe du Mexique, quatre entre l’Asie et le Moyen-Orient et enfin, deux depuis l’Asie vers la Mer Rouge. 

En plus d’être la plus appareillée en termes de capacités, Ocean Alliance est aussi celle qui déploie en général le plus grand réseau sur au moins deux des grandes routes Est-Ouest, à savoir entre l’Asie et les côtes nord-américaines ainsi qu’entre l’Asie et l’Europe du Nord.  

Un nouveau rapport de force entre alliances s’est redessiné l’an dernier à la faveur de la crise sanitaire qui a reconfiguré les routes maritimes : 2M contrôle désormais 21 % de la capacité totale sur le transpacifique (contre 19 % il y a un an) tandis que THE Alliance a vu sa part de marché évoluer de 25 à 28 % au détriment d’Ocean Alliance, passée de 38 % à 34 %.

Sur l'Asie-Europe, la part de marché de 2M a perdu deux points, de 36 à 34 % au cours des douze derniers mois, tandis que THE Alliance détient désormais 27 % de la capacité totale (+ 1 point). Avec 39 % de part de marché, Ocean Alliance reste maître sur ce marché.

Le CMA CGM Champs Élysées crée l'animation à Dunkerque

Quelle place pour les pors français dans la nouvelle offre de services ?

L’an dernier, les escales françaises n’avaient pas été très plébiscitées. Cette année, les ports nationaux semblent plus choyés en dépit des arbitrages des compagnies que l’on disait très pragmatiques. 

L’annonce avait été largement éventée : Le Havre est de retour sur la FAL1, en première escale import en direct avant Dunkerque, nouveauté du service. Le Champs-Élysées, deuxième unité de la série des neuf mégamax de 23 000 EVP propulsé au GNL, avait touché pour la première fois le terminal des Flandres à Dunkerque début décembre. Premier port touché à l'import et dernier port touché à l'export sur le range-européen, Le Havre est aussi concerné par une autre ligne Asie, touché à l’export, avant Tanger Med. Le port normand a par ailleurs préservé sa position sur deux services transatlantiques, ceux reliant l’Europe du nord et le golfe du Mexique.  

Dans l’offre 2020, Marseille-Fos avait bénéficié d’escales sur deux services hebdomadaires entre l’Asie et la Méditerranée occidentale et par une ligne vers l’Amérique du Nord, exploitée par CMA CGM en partenariat avec Cosco/OOCL et Hapag-Lloyd. Le port phocéen préserve son escale sur la Méditerranée orientale mais s’inscrit aussi sur les radars de la totalité de l’offre Asie-Méditerranée. 

Adeline Descamps

 
 

 

Sur le même sujet