Hapag-Lloyd : un résultat net en hausse de près 3 Md€

Les taux de fret ont atteint un pic et la normalisation est en vue, assure la direction générale de Hapag-Lloyd, à l’occasion de la présentation des résultats financiers pour les trois premiers mois de l’année, qui a démarré sur les chapeaux de roue. Les taux de fret ont augmenté de 84 % pour le cinquième armateur mondial de porte-conteneurs, ce qui a permis de couvrir des dépenses d’exploitation en forte augmentation et des volumes de transport stagnants.

Conteneur : ces données qui annoncent le ralentissement

En dépit de la persistance du variant Omicron, l'économie mondiale avait bien démarré l’année avant que la situation ne se détériore en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février puis des confinements qui se sont propagés aux mégapoles portuaires. Si la conjoncture du premier trimestre n’en porte pas encore complètement les traces, les indicateurs du ralentissement étaient bien ancrés. Ils se sont radicalement confirmés depuis.

Céréales : les ports et les marchés s'organisent pour pallier la mer Noire

L’Inde, qui a l’avantage d’être à cette période de l’année le seul fournisseur de blé au monde, s'affirme en l’absence de la première zone d’exportation mondiale pour les céréales. En avril, le continent a exporté 1,4 Mt de blé contre à peine 240 000 t il y a un an. Toutefois, les chargements ukrainiens, notamment de maïs, s’organisent en passant par Constanta en Roumanie et Varna en Bulgarie.

International Seaways : stratégie de la pilule empoisonnée pour contrer John Fredriksen

Déjà embarqué dans une course à la prise au capital de l’armateur belge Euronav, John Fredriksen ne s’en contente manifestement pas, étant devenu récemment l'un des principaux actionnaires d'International Seaways avec une participation de 16,6 %. Mais le magnat du transport maritime se heurte là aussi au conseil d'administration du deuxième armateur américain de pétroliers qui veut le contrer dans sa prise de contrôle. Est-ce la flambée des prix du brut qui motive ainsi le magnat du...

L’approvisionnement énergétique européen se contraint encore un peu plus 

Le bouquet énergétique de l’Europe s’effrite encore davantage avec la fermeture par l’Ukraine de Sokhranovka, gazoduc clé pour le transit du gaz russe vers l’Europe, et l’adoption de contre-sanctions russes qui ont conduit Gazprom à suspendre les livraisons via le Yamal-Europe qui achemine le gaz à travers le Bélarus et la Pologne jusqu'en Allemagne.

Øystein Kalleklev, PDG de Flex LNG : « La période est fantastique pour un propriétaire de méthaniers »

Étant donné la vigueur du marché à terme et le manque général de navires disponibles, la flotte de Flex LNG, qui compte 13 méthaniers, ne connaît pas le sous-emploi. Ils sont tous affrétés pour une durée minimale de trois à cinq ans. Forte demande et prix élevés pour le GNL compte tenu de la crise énergétique mondiale, résume le dirigeant.

Les blank sailing sont de retour

En réaction au ralentissement des exportations en provenance d'Asie, dus aux confinements depuis six semaines dans le premier port mondial de Shanghai, les compagnies ont ré-initialisé les suppressions de traversées.

Euronav : les taux de fret aidés par les sanctions au premier trimestre

Les taux de fret pour les navires transportant du brut et des produits pétroliers poursuivent leur lente remontée, aidée par l’augmentation du cours du baril et la reconfiguration des flux engendrée par le conflit en mer Noire. Mais l’armateur belge reste en pertes.

Caribbean Line ouvre une escale à Honfleur avec un trafic de bois

La compagnie maritime basée en Martinique, qui exploite deux navires d’une capacité de 7 500 t, doté de deux grues d’une capacité de 60 t chacune, lance un nouveau service mensuel entre l’Europe, les Antilles et l’Amérique du Sud pour les importations de bois en breakbulk depuis le Brésil. Avec une escale dans le port normand.

Pages