La Chine supprime les droits de douane sur ses importations de charbon

Après avoir incité fermement à « produire plus localement » pour se soustraire aux prix élevés des marchés mondiaux, Pékin demande désormais d’« importer autant que possible ». Des signaux contradictoires qui peuvent trahir des préoccupations quant à un choc d’approvisionnement ou... l’intention d’augmenter les importations d’un charbon qui serait actuellement décoté. L'Inde émet les mêmes recommandations.

Hapag-Lloyd revoit à la hausse ses bénéfices pour 2022

Après Maersk, l’armateur allemand de porte-conteneurs relève de 2,5 Md$ ses projections financières pour l’année alors même que les volumes transportés ont chuté. Tour à tour, les compagnies maritimes mais aussi les commissionnaires de transport revoient à la hausse leurs bénéfices mais à la baisse la croissance de la demande. Il y a en effet suffisamment d’éléments conjoncturels pour jouer les coupe-feux dans la demande de conteneurs.

Après Frontline et Euronav, John Fredriksen entre au capital de International Seaways

La tension est vive sur le marché déprimé des navires-citernes. Le magnat norvégien John Fredriksen, qui s’est illustré début avril en entrant dans le capital de l’armateur belge de tankers Euronav, acquiert une participation majoritaire dans International Seaways, deuxième compagnie américaine sur le marché de la citerne. La manœuvre ne risque pas d’apaiser la famille Saverys, actionnaire d’Euronav, qui s’oppose au projet de fusion entre l’armateur belge et Frontline. Et rachète des actions pour monter au capital.

Quels impacts pour le conteneur dans les ports russes ?

Bien que les volumes transitant par les ports russes soient faibles en comparaison des grands hubs portuaires, les impacts des sanctions n’en sont pas moindres. Avant mars, les trafics étaient pourtant bien orientés.

La croisière entre fausse reprise et vrais retards

Croisières suspendues, départs déprogrammés, escales annulées, séjours abrégés, paquebots repositionnés… Depuis le début de l’année, aux États-Unis, en Asie ou en Europe, le secteur de la croisière a continué de ferrailler avec le virus. Ces faux départs n’aident pas les paquebots à restaurer leurs coefficients de remplissage d’avant-crise, alors qu’entrent en service les plus grands navires jamais construits.

Les capesize sortent du purgatoire mais pour un aller-retour ?

Les capesize sont de retour en territoire positif mais leurs perspectives restent brouillées. Les plus grands des vraquiers, sollicités pour le transport de minerai de fer et le charbon, ont la Chine pour principale destination. Avec les signes persistants de faiblesse économique du premier consommateur mondial et les tensions géopolitiques qui remodèlent les flux, les vraquiers n’ont pas la « matière première » pour faire feu de tout bois.

Conteneur : pourquoi les opérateurs des terminaux européens s'alarment

Aguerrie par les expériences passées, face à la situation critique dans les ports chinois, la Feport, fédération européenne des manutentionnaires portuaires, prends les devants et demande à la Commission européenne un plan d’urgence avant le ras-de-marée de conteneurs dans les huit à douze semaines. Pour ne pas être à nouveau le « tampon absorbant tous les chocs et la pression qui résulteront de la situation », font-ils valoir.

Les armateurs asiatiques s'inquiètent d'un manque prévisible de marins

À l’occasion de la 27e réunion intérimaire de son Comité des gens de mer, qui s'est tenue par visioconférence le 21 avril, l'Association des armateurs asiatiques (ASA), qui fédère des armateurs de Chine, Taïwan, Hong Kong, Japon, Corée, Philippines, Thaïlande et Vietnam, a alerté sur la pénurie de marins dans les années à venir.

Pétroliers sous embargo : une véritable odyssée pour dissimuler

Après avoir invoqué les sanctions de l'Union européenne pour retenir un pétrolier battant pavillon russe, les autorités grecques ont estimé qu'elles n'avaient aucune raison légale de continuer à le détenir. Le Pega s est typique de ces navires à l’historique, à l'identité et à la propriété troubles. Tant et si bien que la détention devient inopérante.

P&O Ferries reprend du service malgré les appels au boycott

Le dossier est ouvert depuis le 17 mars, date de la décision de la compagnie britannique de licencier ses 800 marins. Jusqu’à présent, les services sont suspendus et les navires, armés par des marins employés à des conditions moins-disant, n’ont pas été autorisés à naviguer par la Maritime and coastguard agency. Un des ferries déployés sur le transmanche reprend du service ce 27 avril.

Pages