©Virgile Veyron Guillemaud

Rodolphe Saadé sera fixé le 9 mai, date de la décision du conseil d’administration de La Provence, si son offre de 81 M€ pour acquérir une participation majoritaire de 89 % dans le capital du quotidien l’a emporté. Un dossier qui agite le landerneau marseillais depuis six mois et l’oppose à Xavier Niel, le patron de Free.

Le conseil d'administration du groupe de presse basé à Marseille, qui est aussi le siège du groupe de transport maritime, doit faire connaître sa décision le 9 mai. Dans ce dossier qui anime le landerneau depuis six mois, le patron de CMA CGM est à couteaux tirés avec Xavier Niel pour acquérir les parts (89 %) que détenait le Groupe Bernard Tapie (GBT) dans le groupe de presse de La Provence (La Provence, Corse-Presse). 

Le patron de Free, qui détient 11 % de la Provence à travers sa holding NJJ, a obtenu gain de cause le 7 avril auprès de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence, qui lui a restitué la possibilité de s'opposer à l'arrivée d'un nouvel actionnaire au capital. Ce droit de veto, octroyé par les statuts de La Provence, avait été suspendu début janvier par le tribunal de commerce de Marseille.

Riche de ses liquidités à l’issue d’une année 2021 exceptionnelle – un résultat net de 17,9 Md$, l’armateur marseillais a mis sur la table 81 M€, soit quatre fois plus que la valeur de La Provence et que les 20 M€ proposés par Xavier Niel. En 2020, les pertes du titre s'élevaient à 7 M€. Pour rembourser ses dettes, le quotidien a récemment vendu son siège pour 35 M€. 

Acquisitions tous azimuts

Jugée mieux-disante par les administrateurs du Tribunal de Commerce de Bobigny, en charge du dossier de reprise, l'offre de CMA-CGM a également la faveur de des CSE (comité social d'entreprise) des six filiales du groupe La Provence, interrogés dans le cadre de la procédure de consultation. Le rétablissement du droit d'agrément pour Xavier Niel change toutefois la donne.

CMA CGM a multiplié ces dernières semaines les acquisitons pour donner corps à ses ambitions air-terre-mer. Il a ainsi dégagé 14 Md$ pour acquérir le terminal Fenix Marine Services à Los Angeles (portant à 50 le nombre de terminaux portuaires dans lesquels il a des participations) les activités d’Ingram CLS, le spécialiste de la livraison du dernier kilomètre Colis Privé. Plus récemment, le spécialiste de la logistique automobile Gefco est passé dans son escarcelle pour un montant non communiqué.

Adeline Descamps