©DR

 

Gene Seroka, directeur du port de Los Angeles : « Nous avons vu les exportations chuter 22 fois au cours des 23 derniers mois ».

Los Angeles et Oakland, tous deux plantés dans la baie de San Francisco, ne connaissent pas la même fortune. Le port d'Oakland vient d’indiquer qu'il avait enregistré le meilleur mois de septembre de toute son histoire pour le volume de marchandises importées avec 93 916 EVP. Los Angeles a également connu un mois de septembre record avec 888 625 EVP (+ 13,3 % p/r à septembre 2019). Mais contrairement à Los Angeles, Oakland a également connu une augmentation de 5 % de ses exportations. Et au cours des neuf premiers mois de l'année, les exportations totales ne sont en baisse que de 0,2 % par rapport à 2019.

À Los Angeles, les exportations ont encaissé 22 dégringolades de façon quasi consécutive. Les exportations de septembre se sont élevées à 130 297 EVP. « Cette tendance pose problème, a expliqué Gene Seroka, directeur du port de Los Angeles. Le déficit commercial croissant, créé en grande partie par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, continue de perturber la chaîne d'approvisionnement. » Le déficit commercial croissant exacerbe la problématique des conteneurs vides, indique-t-il, notant que 281 434 unités de conteneurs vides ont été réexpédiées en Chine en septembre. « C'est plus du double de la quantité d'exportations chargées qui ont été expédiées depuis le port de Los Angeles au cours du mois ».

Les deux ports ont attribué la ruée des importations au fait que les détaillants qui reconstituent leurs stocks à la fois pour la saison de Noël mais aussi pour se couvrir en cas d’un nouvel « lockdown ».

A.D.