Les actionnaires du projet porté par Novatek et TotalEnergies vont pouvoir emprunter près de 10 Md€ sur une période jusqu'à quinze ans.

Les actionnaires du projet d’exploitation gazière dans l’Artctique, Arctic LNG 2, ont décroché une possibilité de financement de 9,5 Md€ sur quinze ans. Les banques chinoises, dont la Banque de développement de Chine et la Banque d'exportation et d'importation de Chine, apportent 2,5 Md€ sur cette enveloppe. La banque japonaise et des banques russes, dont Sberbank, sont mentionnées sans que la répartition ne soit dévoilée. 

C’est en 2019 que le tour de table de Arctic LNG 2 avait pris forme lorsque, à l’occasion du sommet du G20 qui s’est tenu à Osaka cette année-là, la société japonaise Japan Arctic LNG B.V. (joint-venture entre le négociant de matières premières Mitsui et Japan Oil, Gas and Metals National) avait signé un accord pour rejoindre le consortium formé autour du producteur de gaz russe Novatek dans son projet gazier en Arctique pour près de 3 Md$ et 10 % du capital. Le Japon espérait sans doute ainsi offrir une opportunité aux chantiers navals japonais de rafler tout ou partie de la commande de méthaniers brise-glace que le géant russe du gaz allait acquérir pour exporter le gaz extrait. Total l’avait précédé avec 10 %, ainsi que la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC) et la China National Petroleum Corp. (CNPC), tous deux à hauteur de 10 %. 

Arctic LNG 2 est le clone de Yamal LNG, qui exploite déjà les ressources de gaz du champ South Tambey sur la péninsule de Yamal au nord-ouest de la Sibérie. Il est, lui, exploité par un consortium international qui réunit Novatek (50,1 % des parts), Total (20 %), CNPC (20 %) et Silk Road Fund (9,9 %). 

15 méthaniers Arc7

Le second projet du grand producteur de gaz russe se situe dans la péninsule de Gydan et exploitera le gisement onshore d’Utrenneye dont les réserves en gaz à condensats sont estimées à plus de 7 milliards de barils équivalent pétrole. Il prévoit la construction de trois trains de liquéfaction d’une capacité de 6,6 Mt/an pour une production annuelle de 19,8 Mt. Il devrait être lancé en 2023 pour atteindre en 2026 sa pleine capacité.

Novatek a signé en sptembre 2020 les premiers contrats d'affrètement à long terme pour une flotte de méthaniers de classe glace Arc7. Ils seront construits par le chantier naval russe Zvezda avec le sud-coréen Samsung Heavy Industries sur la base d’un transfert de technologies.

Novatek porte un troisième, Obsky LNG (4,8 Mt/an), également prévu dans la péninsule de Yamal.

A.D.

Photo : ©DR