Le gouvernement de Donald Trump se presse avant l'arrivée au pouvoir de Joe Biden. Il vient d’accorder les concessions pour des forages pétroliers et gaziers dans le refuge national de la faune arctique. Les grandes sociétés pétrolières s’étaient toutefois tenues à l'écart de l'appel d'offres.

L’appel d’offres proposait d'exploiter des parcelles de la plus grande zone naturelle protégée du pays. L'agence gouvernementale Alaska Industrial Development and Export Authority était la seule candidate pour la majorité des concessions et en a récupéré neuf. Les deux autres ont été décrochées par des petites entreprises.

L'État avait reçu au total 16 offres, dont trois ont été rejetées, pour 12 parcelles sur les 22 proposées. Cela fait une trentaine d'années que les compagnies pétrolières et dirigeants de l'Alaska poussent pour exploiter les ressources sur cette zone côtière longeant l'océan Arctique, portant au total sur 6 500 km2. Conformément à un texte voté fin 2017 par le Congrès américain, le ministère de l'Intérieur avait approuvé en août le programme ouvrant la voie à des forages.

Les onze concessions, couvrant 2 430 km2, ont rapporté environ 14 M$, loin des 1,8 Md$ de revenus qui avaient été estimés par les porteurs du projet. « Nous pensons que les tribunaux jugeront que le programme de forage du refuge arctique de l'administration Trump est illégal », a réagi l'association de protection de l'environnement Alaska Wilderness League, qui ne compte céder aux forages.

Coûts d’exploitation conséquents

Isolées, les zones pourraient rendre l'exploitation de pétrole et de gaz coûteuse. Plusieurs grandes banques américaines, comme Goldman Sachs ou Wells Fargo, ont par ailleurs indiqué qu'elles refuseraient de financer les forages pétroliers dans l'Arctique.

Le dossier doit atterrir sur le bureau du président élu Joe Biden, qui s’est déjà prononcé contre le projet et s’était engagé, dès son premier jour dans le Bureau ovale, le 20 janvier, à garantir de façon permanente la protection du refuge. Il a en outre prévu d'interdire les nouveaux permis de forage de pétrole et de gaz sur les terres appartenant à l'État ainsi qu'en pleine mer.

La rédaction