Par un décret du 14 mai 2022, publié au JO le 15 mai, la présidence du Conseil supérieur de la marine marchande a été renouvelée. Christine Ezcutari succède à Marie-Françoise Simon-Rovetto, qui occupait la fonction depuis 2015. Une avocate spécialiste des transports et surtout du financement maritime.

Nouvelle tête à la présidence du Conseil supérieur de la Marine Marchande (CSMM), instance de concertation et de débat issue de la fusion du CSMM et du Conseil National des Communautés Portuaires (CNCP). Une femme succède à une autre. Christine Ezcutari vient d’être nommée par décret et succède à Marie-Françoise Simon-Rovetto, qui occupait la présidence depuis 2015.

Le CSMM comprend, outre son président, trente neuf membres nommés par arrêté, pour une période de trois ans renouvelable, représentant l’État (7 membres), les organisations professionnelles maritimes et portuaires(12), les organisations syndicales (12), ainsi que huit personnalités qualifiées.

Spécialiste du financement des transports

C’est une avocate spécialiste des transports, notamment des financements dits structurés (financements complexes internationaux, financements en crédit-export et financements à effet de levier fiscal) et responsable mondiale de la pratique au sein cabinet Norton Rose Fulbright, qui relaie Marie-Françoise Simon-Rovetto, une ancienne élève de l’ENA au parcours d’inspectrice générale d’établissements administratifs et scolaires dans le secteur maritime. Christine Ezcutari était membre du CSMM depuis 2016 en qualité d’experte.

Pour rappel, le CSMM est obligatoirement consulté sur les projets de loi et de décret relatifs à la marine marchande ou aux ports maritimes. Il peut donner son avis, sur saisine des ministres concernés, sur toutes les questions en rapport avec la marine marchande, les transports maritimes, les activités portuaires et les transports à destination ou en provenance des ports maritimes y compris sur les questions traitant de la concurrence maritime ou portuaire et de la construction navale. Il peut en outre se saisir de toute question relevant de sa compétence.

La rédaction