Les six semaines de confinement à Shanghai auraient jusqu'à présent coûté 28 Md$ au commerce mondial, selon Russell Group.

Les tentatives d’évaluation de l'impact sur le commerce mondial des confinements en Chine se multiplient de façon disparate et avec des données qui font le grand écart. Selon la société britannique de modélisation des risques Russell, les six semaines de confinement à Shanghai aurait coûté jusqu'à présent 28 Md$ au commerce mondial.

Avec ses 460 millions de chinois confinés, six semaines de vie sous cloche pour les 25 à 26 millions de Shanghaïens et les habitants de 46 métropoles, les ventes au détail ont chuté en Chine au premier trimestre. Selon la banque Nomura, la Chine serait ainsi amputée de plus d’un tiers de son PIB.

En à peine trois mois, la production industrielle a considérablement ralenti alors que la première usine du monde continue de produire en milieu fermé avec du personnel est confiné sur place. Les importations et les exportations marquent le pas, perturbés par un transport terrestre en circulation limitée. Les ports chinois doivent composer avec un ralentissement imposé. Les commandes mondiales à l’exportation sont tombées à leur plus bas niveau depuis juillet 2020, si bien que l’Organisation mondiale du commerce a revu ses projections pour 2022. 

Le report des Jeux asiatiques, qui devaient se dérouler à Hangzhou, près de Shanghai, est perçu comme la dernière victime collatérale de la politique zéro Covid de Pékin que les économistes des grandes institutions financières internationales n’hésitent plus à qualifier de « séquestration » de l’économie.

Un tiers des Starbucks fermés en Chine

Les grandes chaînes de consommation y vont aussi de leurs indicateurs. Au cours du trimestre qui s'est terminé le 3 avril, le géant mondial du café Starbucks a indiqué que près des deux tiers des 225 villes chinoises où il est implanté ont été concernées par le variant Omicron. L'entreprise américaine compte plus de 5 600 magasins dans l'est et le centre de la Chine, son deuxième marché le plus important. Un tiers de ses magasins sont fermés ou réduits au service minimum (livraisons ou des plats à emporter.). 

Sur un autre front de la consommation, le nombre de poids lourds vendus a baissé de 77 % en avril par rapport à l'année précédente, pour s'établir à 45 000, soit le point le plus bas depuis 2007. 

Une amélioration doit toutefois être relevée. Le troisième port mondial, Ningbo-Zhoushan, au sud de Shanghai, a enregistré un trafic de plus de 3 MEVP en avril, soit une augmentation de plus de 10 %.

La rédaction