Construit par Guangzhou Shipyard International, le Stena Pro Patria est le premier de six pétroliers conçus avec le méthanol. Le premier made in china.

La campagne d’essais en mer vient de démarrer pour le Stena Pro Patria, le premier pétrolier bicarburant avec le méthanol construit en Chine.

Le combustible fait actuellement parti des favoris pour être une alternative crédible au fuel. Maersk, qui a lancé la commande d’une série de porte-conteneurs, en est un fervent convaincu. Avec ses futurs douze feeders, X-Press Feeders, est aussi un adepte.

Proman Stena Bulk, une coentreprise entre la suédoise Stena Bulk AB et la suisse Proman, a été l’une des premières à prendre le risque sur deux unités, commande élargie ensuite à trois, tandis que Proman a de son côté contracté pour trois autres pétroliers au méthanol.

L’ensemble a été confié Guangzhou Shipyard International (GSI). Le Stena Pro Patria, un MR long de 185 mdevrait être livré prochainement, tandis que ses sisterships, le Stena Pro Marine et le Stena Prosperous, sont attendus cette année.

Avitaillement non problématique

Selon William Zhou, vice-président de GSI, chaque pétrolier, équipé d’un moteur Man hybride sans conversion catalytique, sera alimenté à hauteur de 12 500 t de méthanol et doté « des dernières technologies en matière d'efficacité énergétique, notamment une combustion contrôlée en continu, un réglage optimisé, des lignes de coque redessinées et aérodynamiques, et un générateur d'arbre d'énergie réduisant la consommation de carburant », énumère-t-il.

Malgré la concurrence de la Corée du Sud, experte dans les navires sophistiqués, c’est la Chine qui a emporté le marché. « Ce navire montre ce que GSI est capable de faire grâce à son expérience de la construction de 30 navires bicarburants », se félicite-t-il.

Pour le dirigeant, l’avitaillement en méthanol – une problématique phare en tant que carburant marin – n’est pas un sujet : « Le méthanol présente l'avantage d'être déjà largement disponible à proximité de nombreux ports dans le monde entier, après avoir été transporté pendant des décennies. L'avitaillement en méthanol, en tant que combustible liquide à température ambiante, est similaire à celui du combustible distillé et peut donc être utilisé dans les installations existantes avec relativement peu de mises à niveau. » 

30 navires bicarburants​

Il s'attend à un véritablement déploiement du combustible, notamment « en raison de ses qualités intrinsèques, non dangereux et neutres pour l’environnement car il est biodégradable en cas de déversement. »

Le chantier naval a, à son actif, 32 navires bicarburants déjà construits ou en cours, dont deux ro-pax, deux suezmax, 14 LR2, huit PCTC, tous à propulsion GNL, et six MR au méthanol. 

A.D.