Northern Light, coentreprise des compagnies pétrolières Equinor, Shell et Totalenergies, a commandé deux navires dans le cadre de son projet visant à développer l’infrastructure de transport et de stockage de CO2.

Le transport et technologie du carbone génère de nombreux développements. Jusqu’à présent, le transport de CO2 est réservé à quelques niches de marché, notamment pour le compte d’industriels. Mais les CCS et CCUS, technologies qui visent à séquestrer le CO2 là où il est généré et à le transporter pour un stockage ultime ou pour la revalorisation, font émerger de nouvelles demandes, notamment pour des unités d’une plus grande capacité que les navires actuels, d'environ 3 600 m³. Les projets se multiplient ces derniers mois pour répondre à ces nouveaux marchés.

Northern Light, basée en Norvège, a commandé ses deux premiers transporteurs de CO2 au constructeur chinois Dalian, marquant ainsi la première phase du développement de son infrastructure de transport et de stockage du CO2.

Les navires transporteront le CO2 capté en Europe jusqu'au terminal de réception de Northern Lights à Øygarden, dans l'ouest de la Norvège. De là, le CO2 sera transporté par un pipeline jusqu’à son stockage permanent dans un réservoir géologique situé à 2,6 km sous la mer, indique Northern Lights dans un communiqué de presse. Northern Lights aura la capacité de stocker jusqu'à 1,5 Mt de CO2 par an.

Maintenir les coûts aussi bas que possible

« Grâce à son infrastructure transfrontalière de transport et de stockage du CO2, Northern Lights permet la première chaîne de valeur européenne de captage et de stockage du carbone à grande échelle, ouvrant la voie à la réduction des coûts et à la mise à l'échelle de futurs projets similaires », indique le communiqué.

Le carburant principal des navires sera le GNL. En outre, un système de propulsion éolienne et une lubrification à l'air seront installés pour maintenir les émissions à un faible niveau. Au total, cela permettrait de réduire les émissions des navires de 34 % selon les promoteurs du projet. De 130 m de long, les navires, qui seront immatriculés sous pavillon norvégien et classés par DNV, pourront transporter 7 500 m3 de CO2 en une seule traversée. Les deux premières unités sont prévues pour le milieu de l’année 2024.

La rédaction

Photo : La technologie du stockage de CO2 ©Equinor