L'opérateur émirati et l'Autorité portuaire saoudienne Mawani ont signé un accord qui prévoit la construction d'un hub logistique dans le cadre de la concession récemment attribuée pour le terminal à conteneurs sud.

C’est en octobre 2021 que DP World avait lancé les travaux qui doivent faire passer la capacité du Djeddah South Container Terminal de 2,4 à 4 MEVP d’ici 2024. Ce projet est cadré par une convention de 30 ans signée en avril 2020 l'Autorité portuaire d'Arabie Saoudite (Mawani), qui gère les six ports saoudiens (Djeddah, Dammam, Yambu, Jubail, Jizan et Dhiba).

Les premiers travaux d’un programme en quatre phases, moyennant une enveloppe de 800 M$, doivent notamment permettre à Djeddah South Container Terminal, dont le tirant d’eau sera porté à 18 m, de traiter des porte-conteneurs de 24 000 EVP d’ici 2024. Nouvelle étape dans ce programme d’investissements : un parc logistique de 415 000 m2 comprenant notamment un dépôt de conteneurs à terre avec une capacité de 250 000 EVP et un espace d'entreposage de 100 000 m2. DP World a prévu d’y investir 133,33 M$.

« Le parc logistique centré sur le port stimulera les activités de réexportation, en réduisant le temps et le coût de la logistique pour les importateurs comme pour les exportateurs. Il fournira une plateforme intégrée de services reliant les opérations portuaires aux activités du dernier kilomètre, offrant un stockage à température contrôlée pour les marchandises, ainsi que leur traitement, leur étiquetage, leur traitement, leur consolidation et déconsolidation », indique le communiqué. 

Cosco, actionnaire du second terminal 

Depuis 2020, toutes les concessions de conteneurs à Djeddah ont été renouvelées. À cette occasion, Cosco Shipping Ports a pris pied dans la grande monarchie du Golfe persique en devenant actionnaire à hauteur de 20 % du capital de Red Sea Gateway Terminal (RSGT), terminal à conteneurs créé grâce à des financements saoudiens et internationaux et opérationnel depuis 2009 avec une capacité nominale de 1,5 MEVP. L'accord prévoit l'investissement de 1,7 Md$ jusqu'en 2050 pour porter la capacité du terminal à 8,8 MEVP. 

Le port traite autour de 4,7 MEVP. Le terminal, pourtant idéalement planté au débouché de la mer Rouge, subit la concurrence de King Abdullah, à une centaine de kilomètres au nord, et hub de MSC, par ailleurs actionnaire du terminal. 

A.D.