La France a été la première destination des exportations américaines de GNL pour le cinquième mois consécutif en juillet. Cinq pays ont absorbé 58,4 % des volumes produits par les trains de liquéfaction

Bis repetita. Le mois de juillet confirme le tir du premier semestre. Les exportations américaines de gaz naturel liquéfié (GNL) en Europe ont doublé durant les six premiers mois de l’année pour atteindre 27 Mt, soit plus que les 21 Mt enregistrés sur l’ensemble de l’année 2021, selon les données du groupement internationale des importateurs de GNL (GIIGNL). En six mois, l’Europe a déjà reçu plus que les 230 méthaniers qui avaient accosté l’an passé. « La valeur moyenne d’une cargaison est passée d’environ 50 à 80 M$ en 2022. À ces niveaux de prix, on peut estimer les exportations américaines vers l’Europe à environ 30 Md$ au premier semestre », a estimé le GIIGNL à l’occasion de la présentation des données.

Selon le dernier rapport mensuel sur le GNL du ministère américain de l’Énergie (DOE), les terminaux ont fourni 53,4 bcf de GNL (unité de mesure américaine, billion cubic feet, 1 Bcf = 28 327 840 m3), devant les Pays-Bas (34,9), l'Espagne (34,4), la Corée du Sud (34,3) et le Japon (18,2). Les États-Unis ont exporté au total 300,2 bcf de GNL en juillet, en repli de 0,1 % par rapport au mois précédent et à juillet 2021, selon le rapport du DOE. Les volumes ont généré une centaine de chargements, dont 40 au départ de l’usine Sabine Pass de Cheniere. Freeport LNG représente en revanche un manque à gagner en raison d'un incident survenu dans l'installation le 8 juin.

Cinq pays ont absorbé 58,4 % du total des exportations américaines de GNL en juillet.

Inde, Chine, gaz trop cher

Les importations de GNL de la Chine ont en revanche chuté de 21,3 % au cours de la période janvier-août de cette année, selon les données de l'Administration générale des douanes (40,64 Mt contre 51,81 millions de  l'année dernière), principalement en raison des prix spot très élevés et des confinements qui ont affecté l'activité économique. Mais elles ont augmenté par gazoduc de 10,6 % pour atteindre 30,40 Mt.

La Chine était devenue le plus grand importateur mondial de GNL en 2021, détrônant le Japon, mais ce dernier a repris le titre cette année, qui a importé quelque 49,95 Mt de GNL au cours des six premiers mois de l’année.

Les importations mensuelles de gaz naturel liquéfié (GNL) de l'Inde continuent aussi de baisser, pour les mêmes raisons. D'avril à août, le pays a importé environ 9 Mt, en repli de 10,2 % par rapport à la même période l'année dernière, selon les données officielles.

L'Inde a payé 1 Md$ pour ses importations en août, contre 1,2 Md$ l'année dernière ! Actuellement, elle importe du GNL via six installations d'une capacité combinée de 42,7 Mt. Le terminal Dahej de Petronet LNG, d'une capacité de 17,5 Mt/an, a fonctionné à 87,6 % de sa capacité en avril-juillet tandis que le terminal Hazira de Shell (5 Mt/an), à 47 %.

A.D.

Photo : Terminal méthanier de de Dunkerque LNG