©Fanghong

L'appétit des Chinois pour le minerai de fer ne se dément pas. Les importations chinoises se sont élevées à 112,7 Mt en juillet. Au cours des sept premiers mois de l’année, elles ont augmenté de 11,8 %, soit 70 Mt de plus qu’en 2019 sur la même période.

Le mois de juillet a marqué le quatrième mois consécutif où les importations de minerai de fer par la Chine ont dépassé le mois correspondant de l'année précédente. Au cours des sept premiers mois de l'année, les 69,5 Mt supplémentaires ont généré 300 chargements de gros volumes en plus, indique le Bimco dans une de ses notes.

Le transport maritime en a été stimulé et les revenus des capesize ont atteint en moyenne 24 500 $/jour en juillet. Le coût d'importation du minerai de fer chinois pour ce même mois était en moyenne de 97,1 $/t, en hausse par rapport à juin mais inférieur toutefois au prix de juillet 2019.

« Le renversement de la tendance des années précédentes, qui consistait à utiliser de la ferraille au lieu de minerai de fer importé, déroute. Et la croissance de la production d'acier n'explique pas l'augmentation des importations », pose Peter Sand, analyste en chef des transports maritimes au sein de l’organisation représentant les armateurs et exploitants, Bimco. « Est-ce qu'ils ne font que stocker alors qu’augmentent les tensions avec l'Australie ? »

À contre-courant des tendances du marché

Les importations record vont en effet à l'encontre des tendances du marché, étant donné le ralentissement de l'économie chinoise suite à la pandémie Covid-19. La production d'acier en Chine, dont le minerai de fer est l'un des principaux ingrédients, a augmenté de 1,4 % au cours des six premiers mois de l'année. Après deux années au cours desquelles la croissance de la production d'acier a été bien plus élevée que celle des importations de minerai de fer.

L’analyste y voit plusieurs explications, notamment « les perturbations locales de l'approvisionnement en ferraille, la limitation de l'utilisation des fours électriques à arc et donc l'augmentation de la part de l'acier produit avec du minerai de fer national ».

Pour rappel, la Chine a réalisé des investissements conséquents ces dernières années pour se doter d’aciéries moins énergivores. Ce qui ne devait pas profiter au transport maritime car les fours électriques à arc nécessitent moins de minerai de fer et de charbon à coke.

La rédaction