Selon un bilan publié par Business France, les exportations françaises de biens ont atteint 439 Md€ sur les trois premiers trimestres de 2022, soit une hausse de 20 % par rapport à la même période de l'an dernier. Pourtant, le commerce extérieur se caractérise par un déficit commercial historique.

Selon Business France, le volume d'affaires des entreprises françaises a atteint 439 Md€ entre janvier et septembre, soit une hausse de 20 % par rapport à la même période de l'an dernier.

La performance est d’autant plus notable que l’année 2001 avait déjà profité aux exportations françaises, avec une progression de 17 %, à 501 Md€. La dynamique s'est accompagnée d'une augmentation du nombre d'exportateurs, passé de 130 300 à 139 400, « le niveau le plus élevé depuis 20 ans », souligne l’agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française.

Toutefois, en raison de l'inflation, le gouvernement français table sur un solde négatif de 156 Md€, d'après le projet de loi de finances pour 2023.

Au cours des trois derniers trimestres, selon les douanes, les importations ont augmenté tous les trois mois de plus ou moins 8 %. Cette accélération est liée à la facture énergétique, dont le solde s’est dégradé de 7,3 Md€ sur le seul troisième trimestre. Le déficit manufacturier s'accroît plus modérément (de 1,7 Md€), en dépit de la nette amélioration du solde aéronautique. Le solde des produits agricoles s'améliore également de 1,4 milliard pour s’élever à 2,2 milliards, un niveau record depuis 2009. Il s'explique par une hausse des exportations (2,4 Md€) – assise pour plus des deux tiers sur le blé –, bien supérieure à celle des importations (0,3 Md€).

La rédaction

Détails sur ce sujet : Commerce extérieur français : une facture énergétique salée mais un relais agricole solide

Photo : Port de Rouen, premier port européen pour les céréales @Paul de la Monneraye