Les exploitants des ports panaméens n’ont pas encore ressenti les effets du coronavirus au cours du premier trimestre 2020, mais s'attendent à un impact important dès le second trimestre.


Après un premier trimestre positif, la plupart des opérateurs portuaires anticipent un retour de bâton dès le deuxième trimestre. Le terminal de PSA à Panama a enregistré une augmentation de 11 % de ses flux manutentionnés par rapport à la même période en 2019, à 316 157 EVP.


Les volumes ont notamment été stimulés par le reefer, dans la lignée de la saisonnalité de l'année dernière, « mais avec une base beaucoup plus solide». Les dirigeants de PSA-Panama notent une augmentation des évacuations de reefers vides pour répondre aux exportations de l’Équateur et du Pérou. 


 L’autre singapourien, Hutchison, qui gère les ports de Balboa sur le Pacifique et Cristobal sur l'Atlantique, ont déclaré 463 821 et 283 520 EVP respectivement pour le première trimestre. Les données sont biaisées dans la mesure où, à la même période de 2019, Balboa subissait une grève qui a entraîné une baisse substantielle à deux chiffres des volumes de fret dans les terminaux.


Le terminal international de Manzanillo (MIT-Panama) de SSA Marine, situé sur la côte atlantique, a connu une légère baisse de 2 %, à 678 334 EVP, contre 692 300 TEU au dernier trimestre de 2019. Le repli est plus prononcé au sein du terminal à conteneurs d'Evergreen à Colon (CCT), de 6,6 % au cours des mois de janvier et février 2020. Les chiffres de mars n'étaient pas disponibles.

Tous les terminaux ont introduit des mesures sanitaires strictes – désinfection des zones de travail, création de postes de travail, aménagement des moyens de transport et des espaces de restauration pour respecter la distanciation sociale entre le personnel, fourniture d'équipements de protection individuelle à tous les employés, etc. – qui ont augmenté les coûts d’exploitation, font valoir les exploitants du MIT. 

La rédaction