Louis Dreyfus Travocean, filiale de Louis Dreyfus Armateurs a remporté son premier contrat portant sur le développement de parcs éoliens offshore en France.

Nouvelle illustration de sa capacité à se faire reconnaître aussi dans les énergies marines renouvelables, l'armement français historique du vrac a été retenu, via sa filiale Louis Dreyfus Travocean, pour la fourniture, l'installation et la protection des câbles d'énergie inter-réseaux du projet éolien offshore de Saint-Nazaire porté par EDF Renouvelables et Enbridge. L'entreprise avait répondu à cet appel d'offres international avec le fabricant de câbles Prysmian. La valeur et les conditions du contrat n'ont pas été révélées.

L'éolien offshore fait partie d'un des axes stratégiques sur lequel le groupe français compte asseoir sa diversification. Ces derniers mois, il a emporté d'autres contrats significatifs en Europe dans ce secteur, notamment pour la conception et exploitation de navires de services à l'éolien offshore alors qu'il ne bénéficie pas d'une grande antériorité sur ce segment. Ce qui le conforte dans sa dynamique à investir dans cette industrie, indique le groupe, qui s'appuie de plus de plus sur des services maritimes à valeur ajoutée.

À l'occasion de cette annonce, Louis Dreyfus Armateurs, devenu récemment membre de l'International Windship Association (IWSA), a confirmé l'acquisition du groupe Open R / Plen R Group, spécialisé dans les audits réglementaires, les inspections techniques, les études et les services de conseil pour les grandes éoliennes.

La rédaction