L'Ukraine risque de perdre 6 Md$ de recettes céréalières en raison du blocus de ses ports par les forces russes. Le blé et le maïs devaient être exportées d'ici juin, a indiqué le président de l'Association ukrainienne des céréales.

Les pays qui dépendent des importations de blé ukrainien – dont l'Égypte, la Turquie et le Yémen –, devront trouver d'autres sources d'approvisionnement, ont averti les organisations humanitaires. L'Ukraine, grand producteur de céréales et d'oléagineux exporte en effet 98 % de ses céréales par ses ports. Or, avec les navires de guerre russes au large de la côte sud de l'Ukraine, y compris le grand hub d'Odessa sur la mer Noire, une centaine de vraquiers restent bloqués et les exportations de céréales se sont pratiquement arrêtées depuis le début de la guerre le 24 février.

Valeur des exports de 27 Md$

L'Association ukrainienne des céréales estime la perte potentielle à 6 Md$. Son président, Mykola Gorbachev, a déclaré à Reuters que le pays avait encore environ 20 Mt de blé et de maïs à exporter pour la saison 2021/22, qui se termine en juin, à un prix moyen d'environ 300 $ la tonne. L'Ukraine a exporté pour environ 27 Md$ de produits agricoles en 2021, ce qui représente environ la moitié de ses revenus d'exportation totaux.

Selon lui, il n'y a aucun moyen pour l'Ukraine de transporter un tel volume par le rail car la capacité de débit de la voie ferrée est de quelque 600 000 t par mois, soit un dixième de ce que les ports traitaient avant la guerre et les coûts sont élevés.

Semis à planter

Quant aux agriculteurs ukrainiens, ils manquent d'engrais pour le blé d'hiver dormant planté l'automne dernier, et n'ont pas assez de carburant pour alimenter leurs équipements. En principe, les nouvelles cultures de maïs et d'orge doivent être plantées au cours du mois prochain. 

L’Ukraine et la Russie, quatrième et troisième exportateur mondial de céréales, ont représenté 22 % des échanges mondiaux en 2021, rappelle le Conseil international des céréales. 

La rédaction