Réduire l'impact environnemental et accroître l'efficacité économique, indiquent les deux partenaires lancés dans cette nouvelle aventure : mettre en service un vraquier propulsé à la voile pour transporter du charbon.

Mitsui O.S.K. Lines a annoncé le 11 décembre avoir conclu un accord de transport de charbon avec Tohoku Electric Power au moyen d’un navire équipé d'un système de propulsion vélique, également connu sous le nom de Wind Challenger, une voile rigide télescopique « qui convertit l'énergie du vent en force de propulsion ». Cette technologie est issue du Wind Challenger Plan, un programme de recherche associant la recherche académique et la R&D privé lancé en 2009 et piloté par l'université de Tokyo.

MOL et le chantier naval japonais Oshima Shipbuilding, à qui a été confié la commande, travaillent sur le design depuis 2018. En octobre 2019, ils ont obtenu l'approbation de principe (AiP) pour la conception de la voile. 

Long de 235 m et d’une capacité de 99 000 tpl, le navire près devra être livré en 2022. « L'introduction du Wind Challenger devrait permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d'environ 5 % sur la route Japon-Australie et de 8 % entre l’archipel et la côte ouest américaine par rapport à un navire classique », indique l’armateur.

D'ici à 2022, MOL déclare qu'elle effectuera - en collaboration avec Tohoku Electric Power - des tests d'efficacité supplémentaires pour voir dans quelle mesure le système peut réduire encore davantage les émissions de gaz à effet de serre.

La rédaction