L’incident a eu lieu le 7 janvier. ONE ne l’a révélé que récemment. Un des porte-conteneurs de K-Line a accusé une perte d’une trentaine de conteneurs dans l'Atlantique. L'armateur japonais accumule les événements. Les ONE Apus et ONE Aquila, avaient connu, à un mois d’intervalle, des incidents similaires il y a un an, dont un avec plus de 1 800 boîtes perdues dans le Pacifique.

La navigation avait été relativement épargnée en 2021 par les incendies et les pertes de conteneurs. L’année 2020 avait mal terminé avec une série d’incidents spectaculaires, parmi lesquels les ONE Aquila et ONE Apus (1 816 conteneurs perdus), les Maersk Essen (750) et Maersk Eindhoven (260)…jusqu’à l’épisode du ZIM Kingston fin octobre. Le porte-conteneurs a perdu 109 conteneurs (40 avaient été évoqués dans un premier temps) dans des conditions météorologiques très difficiles à l’ouest du détroit de Juan de Fuca, au sud de l'île de Vancouver, avant de prendre feu. 

Au moins 30 conteneurs

ONE a informé le 10 janvier que le Madrid Bridge, un porte-conteneurs de 13 900 EVP, géré par K Line et armé sous pavillon japonais, avait accusé une perte de conteneurs le 7 janvier. L’armateur japonais n'a pas fourni de localisation de l'accident mais les données de suivi du navire indiquent qu’il avait quitté l'Asie au début du mois de décembre et se dirigeait, via le canal de Suez, vers New York, son premier port d'escale. 

Selon les sources, le navire aurait perdu au moins 30 conteneurs.  Il a actuellement repris sa route alors que l’enquête est en cours. La perte de conteneurs est une plaie pour le transport maritime. Un sujet délicat toujours en attente de solutions. 

La rédaction

Photo : Le Madrid Bridge. ©VesselFinder