La compagnie japonaise, qui a pour actionnaires MOL, K Line et NYK, a réalisé un deuxième essai de biocarburant marin à bord du porte-conteneurs MOL Experience. Cette fois, avec une proportion beaucoup plus faible de diesel dans le mélange.

ONE poursuit son expérimentation du biocarburant. Dans un nouvel essai, la proportion de ce carburant dit vert dans le mélange a été trois fois plus élevée. Le MOL Experience a rempli ses cuves à l’occasion de son soutage dans le port de Rotterdam le 7 mars, avec le combustible fourni par GoodFuels. Ce dernier est à la manœuvre de nombreuses expérimentations dans ce domaine : c’est lui qui a fourni CMA CGM, Maersk ou Eastern Pacific dans le conteneur. Mais aussi le transporteur de voitures UECC ou encore des armateurs de tankers, tels Norden et Stolt Tankers. Le navire déployé sur le service AL5 de ONE, a consommé le biocarburant en 24 jours sur une période d'essai de 36 jours, achevée le 12 avril.

Le biocarburant avancé produit à partir de déchets agricoles ou forestiers est considéré comme neutre en carbone si le dioxyde de carbone absorbé par la source de la biomasse est égal au dioxyde de carbone libéré lorsque le carburant est brûlé. Les produits GoodFuels revendiquent une réduction de CO2 de 80 à 90 % par rapport aux combustibles de soute standard tout en étant équivalents sur le plan technique et opérationnel. Comprendre : sans modification de structure du moteur ou de l'infrastructure d'approvisionnement en carburant.

Réduire l'intensité des émissions de CO2 par EVP/km de 50 % d'ici 2050.

GoodFuels affirme ne travailler qu'avec des matières premières renouvelables et considérées comme légitimement durables. C’est-à-dire, sans impacts sur l'utilisation des terres, la qualité des sols et les émissions de gaz à effet de serre, parmi les principales critiques adressées aux biocarburants.

ONE s’est engagé à réduire l'intensité des émissions de CO2 par EVP/km de 25 % par rapport à son niveau de référence de 2018 d'ici 2030 et de 50 % d'ici 2050. Les biocarburants doivent y contribuer. « Le deuxième essai constituait un grand défi pour nous en raison de la teneur plus élevée en biocarburant. Nous continuerons à étudier l'utilisation des biocarburants car nous avons l’intention de les exploiter en proportion élevée dans le cadre de la décarbonation de notre flotte », a déclaré Takashi Mishima directeur général de la gestion de la flotte de ONE.

A.D.