La compagnie japonaise a publié une mise à jour concernant la situation du Madrid Bridge, le navire de 13 900 EVP qui a accusé une perte de conteneurs au milieu de l’Atlantique dans la semaine du 7 janvier. Le nouveau bilan indique qu'une soixantaine de boîtes sont passées par-dessus bord alors que 80 autres ont été endommagées.

Dans un premier état des lieux, et quelques jours après l’événement, ONE avait signalé un incident survenu sur le porte-conteneurs Madrid Bridge, navire exploité par K-Line, membre du réseau créé par les trois plus grands transporteurs japonais qui ont fusionné leur activité conteneurs.

Le porte-conteneurs de 13 900 EVP avait accusé une perte d’une trentaine de conteneurs alors qu’il se dirigeait, via le canal de Suez, vers New York, dans le cadre du service EC4 opéré entre l’Asie et la côte est-américaine. Le Madrid Bridge avait quitté Kaohsiung le 30 novembre et avait fait escale à Hong Kong, Yantian, au Vietnam et à Singapour. Il était attendu à New York le 17 janvier.

60 boîtes perdues et 80 endommagées

Dans une note à sa clientèle, ONE indique une modification de l’itinéraire prévu. Le navire, qui devait faire escale à New York, Norfolk et Savannah, se rendra directement à Charleston, son port de destination, « pour une évaluation détaillée de l'état du navire et décharger les conteneurs touchés », est-il indiqué.

La mise à jour fait en outre état de la perte de 60 conteneurs perdus en mer et de 80 autres ont été endommagés. Un bilan qui sera sans doute réajusté après « des enquêtes plus approfondies ».

Mais la compagnie n’évoque toujours pas les circonstances de l’accident ni les raisons pour lesquelles elle évite New York-New Jersey, censé être son premier port d'escale. La congestion pourrait le justifier : une douzaine de porte-conteneurs étaient à l'ancre au large du port est-américain ces derniers jours. La manutention est en outre mise à mal par l’apparition de cas positifs parmi les employés. 

Trajectoire erratique

Selon les données de suivi AIS fournies par Pole Star, le navire naviguait à une vitesse moyenne de 10 à 12 nœuds. Après avoir passé Gibraltar, il a ralenti, puis s'est arrêté et a dérivé à partir du 3 janvier au sud-ouest des Açores, pour se remettre en route quatre jours plus tard, le 7 janvier. À vrai dire, sa trajectoire semble erratique, déviant en direction du sud puis du sud-ouest et enfin vers l'ouest. 

A.D.

Photo : Le parcours erratique du Madrid Bridge selon les données de suivi de MarineTraffic

 

Sur le même sujet