Les pays producteurs de l'Opep+ ont produit près de 3 millions de barils par jour de brut de moins que prévu par les quotas en juin. Les sanctions imposées à certains de ses membres et la faiblesse des investissements pour d’autres entravent le sous-groupe emmené par la Russie, selon un rapport de l’Opep publié en fin de semaine dernière.

Nouveau revers pour le bloc occidental qui fait pression sur les producteurs de pétrole réunis au sein de l'Opep pour qu’ils ouvrent les vannes. L’UE et les Etats-Unis attendent du cartel une augmentation de la production de façon à compenser le pétrole russe sous embargo et refroidir les prix dans un contexte d’inflammation généralisée.

Selon l’agence de presse russe Interfax, le niveau de production de l’Opep+ était de 2,84 millions de barils par jour le mois dernier.

La plupart des producteurs de pétrole sont dans l’incapacité d’augmenter la production en raison d'un sous-investissement chronique dû à la chute des prix de ces dernières années et à la pression exercée par leurs actionnaires pour qu'ils abandonnent les combustibles fossiles au profit d'énergies alternatives.

L'Opep+ devrait maitenir sa jauge inchangée pour le mois de septembre bien qu'une modeste augmentation de la production est susceptible d'être discutée à l’occasion d’une réunon prévue la semaine prochaine.

La rédaction