La compagnie singapourienne, qui a passé la majeure partie de l’année 2020 à négocier avec ses créanciers afin d’éviter la mort économique, a manifestement été autorisée à recomposer ses actifs.

Le plan de restructuration de PIL, qui prévoit notamment que Heliconia Capital Management, entité du fonds souverain du pays Temasek, injecte 600 M$ de capitaux, a été adopté en février. L'investissement de Temasek sous forme de dette et de capitaux propres était subordonné à l'obtention de l'approbation des détenteurs d'obligations non garanties. À l’issue de la recapitalisation, le groupe détenu par une famille notable de la Cité-État, n’est plus actionnaire qu’à hauteur de 15 %. 

Percluse de dettes, en difficulté depuis deux ans, la compagnie s’était délestée d’une part importante de sa flotte. D’une capacité conteneurisée de 400 000 EVP au début de l’année 2000, la flotte de PIL a diminué en 18 mois de 37,5 % pour atteindre environ 250 000 EVP.

Les dernières données d'Alphaliner semblent indiquer que le transporteur est autorisé à réinvestir dans son outil industriel puisque sa capacité est passée à 266 000 EVP répartis sur 82 navires, dont 51 en propriété. Il se dit aussi, dans le sérail des courtiers, que certains navires qui avaient été affrétés auparavant ont été réintégrés à la flotte.

La rédaction

Photo : ©DR