CMA CGM ne commente pas les rumeurs du marché. Mais le marché lui prête à nouveau des commandes. La compagnie française serait en pourparlers avec des chantiers navals asiatiques, voire sud-coréens, pour une série de dix porte-conteneurs de 2 000 EVP à propulsion GNL de classe 1A-glace. Un profil type pour la Baltique.

Dans un document déposé à la bourse coréenne, Korea shipping & offshore engineering (KSOE), l’entité qui regroupe les chantiers navals coréens – Hyundai Heavy Industries, Hyundai Mipo Dockyard et Hyundai Samho Heavy Industries –, a fait part de la commande, « par un client européen », de dix feeders (2 000 EVP) à double motorisation avec GNL. Un contrat de 627 M$. Plusieurs sources convergent pour les attribuer à CMA CGM et en estimer le prix entre 60 et 65 M€.

Ces navires ont un prix particulièrement élevé en raison de leurs exigences et spécifications (notamment capacité de transporter des conteneurs « intermodaux » surdimensionnés de 45 pieds, des palettes, montage de réservoirs de carburant sur le pont, etc.). 

Les nouvelles commandes ont le profil (classe 1A-glace) pour être des Baltic Feeder, navires qui relient la Baltique à la mer du Nord. Un segment vieillissant (15 ans), indique Alphaliner.

« Les seuls porte-conteneurs optimisés pour le canal de Kiel livrés depuis 2015 sont les six unités de 1 380 EVP au GNL de Containerships (groupe CMA CGM), et les quatre navires de 1 924 EVP équipés de scrubbers pour Delphis.

Regain d’intérêt

Le segment connait un certain regain d’intérêt, note Alphaliner. Le propriétaire de flotte non exploitant USC Barnkrug a récemment commandé quatre porte-conteneurs de classe glace de 1 380 EVP dont la livraison est attendue en 2024. Nordic Hamburg s’est engagé pour trois unités de ce type, destinés à être exploitées en mer d'Irlande dans le cadre d'un affrètement.

MSC serait également à la recherche de tonnages de ce type pour l'Europe du Nord. « Contrairement à CMA CGM, qui semble préférer la taille du canal de Kiel, le transporteur suisse a apparemment choisi une approche similaire à celle de Maersk avec une série de navires de classe glace de 3 700 EVP qui, s'ils étaient déployés en Baltique, devraient emprunter la route plus longue via la Skaw », décrypte Alphaliner.

Maersk a récemment commandé un feeder de 2 100 EVP pour la mer Baltique. Construit par le sud-coréen Hyundai Mipo et attendu pour 2023, le nouveau navire sera alimenté au méthanol, le carburant de prédilection du danois pour décarboner sa flotte.

A.D.

Photo : ©DR