Le porte-conteneurs Ital Libera d'Evergreen, dont le capitaine est décédé du Covid, a été détourné vers l'Europe car aucun port d'Asie n'avait accepté le navire. La force majeure a dû être invoquée.

Près de deux mois se sont écoulés depuis le décès d'un capitaine italien à bord d'un navire de la compagnie Evergreen à la suite d’une infection au coronavirus. Depuis, le navire s'est vu refuser l'accès à des ports asiatiques par mesures de précaution, plusieurs membres de l'équipage ayant été détectés positifs.

Les données AIS montrent que le porte-conteneurs Ital Libera (5 090 EVP) a quitté le mouillage de Jakarta le 27 mai et a fait une escale de ravitaillement de nuit à Colombo, au Sri Lanka. Le navire, battant pavillon italien, traverse actuellement l'océan Indien en direction du canal de Suez et doit arriver en Italie le 15 juin. Une situation de force majeure a été déclarée.

Refus de toutes les autorités

Le porte-conteneurs aurait effectué un changement d'équipage de routine à Durban, en Afrique du Sud, à la fin du mois de mars. C’est là qu’il a embarqué un nouveau capitaine, Angelo Capurro, 61 ans, de nationalité italienne. Le capitaine Capurro avait fait le voyage avec des arrêts à Doha et Johannesburg et aurait été testé négatif au COVID-19 avant de monter à bord du navire. Au cours du voyage, le capitaine a commencé à présenter des symptômes. Au moins deux autres membres de l'équipage auraient ensuite été testés positifs au virus.

L'opérateur du navire, Italia Marittima, une filiale d'Evergreen, a informé les autorités locales et la décision a été prise de détourner le navire vers le mouillage au large de Jakarta où les 20 membres d'équipage devaient rester pendant deux semaines dans le cadre d'une quarantaine. Le navire est arrivé le 18 avril et une autorisation a été obtenue pour que la dépouille du capitaine soit débarquée et ramenée par avion à sa famille en Italie. Mais la compagnie s’est vue opposer une fin de non-recevoir.

Les interventions officielles du ministère italien des Affaires étrangères et des ambassades italiennes locales et leurs demandes auprès de plusieurs pays (Malaisie, Singapour, Indonésie, Thaïlande, Vietnam, Corée du Sud, les Philippines, Afrique du Sud) pour débarquer le corps se sont avérées infructueuses. Italia Marittima a en dernier recours pris la décision humanitaire d'annuler le voyage et de ramener le corps en Italie à bord du navire.

La rédaction

Photo : ©VesselFinder