La compagnie sud-coréenne, qui était entrée au capital de sa compatriote en janvier dernier, a augmenté sa participation alors que le huitième transporteur mondial de conteneurs est appelé à être privatisé.

SM Line, née sur les cendres de Hanjin, avait opéré son entrée en janvier dernier dans le capital de sa compatriote en acquérant une participation de 0,49 % de HMM. Cette fois, le 22e opérateur mondial de la ligne régulière a mis sur la table 646 M$ pour porter sa participation à 5,52 % s’imposant ainsi en tant que troisième actionnaire du numéro huit mondial de la ligne régulière dont la capacité approche du million d’EVP. Une incongruité : SM Lines exploite une flotte de 16 navires, dont onze en propriété, totalisant un peu plus de 85 000 EVP (0,3 % de part de marché mondial). 

Ces derniers mouvements ont ravivé les spéulations sur le devenir du fleuron national que le gouvernement projette de privatiser. D’autant plus que le président de SM Line group, Woo Oh-hyun, est bien connu dans les milieux d'affaires coréens pour être un maître des fusions et acquisitions.

Abandon de son introduction en bourse

SM Group a racheté des compagnies maritimes ces dernières années, notamment Korea Line et Samsun Logix, rebaptisée Korea Shipping. Sa filiale entendait s'introduire sur le marché secondaire coréen en novembre 2021 afin de lever jusqu'à 710 M$. Elle a finalement suspendu son projet d’IPO, faute d’engouement des investisseurs institutionnels. Il devait alors s’agir de la première introduction en bourse d'une compagnie maritime sud-coréenne depuis KSS Line en 2007.

Dans son projet à la bourse, SM Line était motivée par la volonté de se développer plus rapidement. Elle entendait consacrer le cash levé à l’acquisition de navires et au développement de services, notamment vers la côte est des États-Unis. La compagnie opère actuellement quatre services vers la côte ouest-américaine et neuf services intra-asiatiques, dont certains en coopération avec d'autres transporteurs sud-coréens. Elle n’a aucun navire en commande.

A.D.